Test du SAMSUNG SP-A600 par un utilisateur

15/12/2009
TEST SAMSUNG SP-A600 par Greg alias Worf
Ce test d'utilisateur n'engage que son auteur

Le nouveau SAMSUNG SP-A600B est le troisième projecteur DLP FULL HD budget à passer entre nos mains, après l'optoma HD20 et le mitsubishi HC 3800, qui font partie de cette nouvelle génération de diffuseurs positionnée dans une gamme tarifaire inférieure à 1400 euros. Ce nouveau projecteur vient occuper un segment de marché jusque là délaissé par le constructeur coréen. La marque ne bénéficie pas d'une bonne image de marque en matière de projection frontale, handicapée par des choix tarifaires délirants et un mode de distribution d'un autre âge pour des modèles tels que les SP-A800B et SP-A900B. En revanche un partenariat avec Joe Kane, le chantre de la calibration a assis une réputation de fidélité colorimétrique dont bénéficie aujourd'hui le nouveau venu. Ce test portera donc sur ces principaux aspects et nous en profiterons pour analyser les points forts et les points faibles de cet appareil en nous basant sur notre expérience et nos tests de ses concurrents directs.

Présentation des données constructeurs :

Ses caractéristiques :
Puce DMD 0,65 pouces (DLP)
Résolution native 1920 x 1080
Luminosité 1000 ANSI-Lumens
Rapport de contraste de 3000:1
Contrôle manuel de l'optique (zoom, focus)
Mode anamorphique
HDMI x2
Menus en français
Bruit en fonctionnement : 24 dB (éco)
Mode 5500K (pour les films en Noir et Blanc)
Réglages CCA
Mires JKP
Fonctions Blue-only, Red-only, Green-only (isolation des couleurs)
Fonction de switch de gamuts (HDTV, EBU, SMPTE-C)
Durée de vie de la lampe : 4000h
Garantie de 3 ans
Garantie lampe de 1000 heures ou 6 mois 


FINITION :

L'appareil respire la qualité de fabrication, le design est similaire à l'ensemble de la gamme des projecteurs samsung, avec un côté laqué parfait pour laisser ses empreintes digitales :) mais l'assemblage des pièces et les finitions ne souffre aucun reproche. Contrairement à ses concurrents, le SP-A600B n'est victime d'aucune fuite de lumière par ses aérations.

A noter au passage, que les projecteurs SAMSUNG tout comme PLANAR et d'autres marques réputées proviennent d'une base commune de delta electronics .

Image


L'appareil :

Face avant :

Image

Les commandes :

Elles sont déportées pour partie sur la coque supérieure. Le zoom et la mise au point sont manuels. L'appareil est dépourvu de lens-shift. 

Le panneau de connectique :

Image

Pas de manque particulier à souligner, et cerise sur le gâteau pour cette gamme tarifaire, le projecteur est équipé de deux prises HDMI 1.3.

INSTALLATION :

Le verre de l'optique est protégé par un cache qu'on enlève manuellement, il est plus lourd que la normale, en métal, et participe également à l'impression d'excellente finition de l'appareil.

Le rapport de focale est relativement court et permet de projeter une image de 2 mètres de base à 3 mètre 50 de distance. 

Pour faciliter encore le positionnement du projecteur, des mires internes, héritage de joe kane sont présentes dans le menu configuration, à l'image de celle figurant ci-dessous, une mire de géométrie :

Image

TÉLÉCOMMANDE :

Simple, trop simple. Gros défaut elle n' est pas rétro-éclairée. Elle est quasiment identique à celle d'un petit modèle à LED de la marque.

Image

MENUS :

Les menus :

Les différents menus en photos :

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Vidéo de présentation :


RESULTATS :

BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 

L'appareil est quasiment inaudible en mode theatre (désignation du mode lampe bas), une augmentation mesurée est notable en mode lampe lumineux, mais ça reste très raisonnable et bien en deça du bruit de fonctionnement des HD20 et HC 3800.

CONTRASTE ET LUMINOSITE : 

Mode film :

696 lumens après calibration mode lampe haut
541 lumens après calibration mode lampe bas
Contraste 2069:1 on:off et un niveau de noir mesuré à 0.031


NETTETE/PIQUE : 

Il s'agit là du point fort de ce projecteur, la qualité de l'optique engendre une sensation de fourmillements de détails. Cette excellente netteté est uniforme du centre aux bords de l'image contrairement à celle d'un mitsubishi HC 3800 , elle permet de découvrir tous les détails d'une image haute définition et de bénéficier de tous ses effets visuels.

COLORIMETRIE ET GAMMA :

En sortie de boîte, le mode cinéma avec gamma film qui flirte avec les 2.6

Image

Image

Image

après retouches :

Image

Le gamma est linéaire d'usine , mais, l'appareil ne dispose pas d'éditeur. 3 modes définis sont disponibles, film (mesuré à un peu plus de 2.5 , vidéo (2.01) et graphique (2.0). Dans le mode film et est quasiment linéaire de 0 à 100 IRE.
Pour parfaire la calibration, un switch de gamut pour la sélection des différents espaces de couleurs est également disponible (Rec.709, Smpte-C, EBU),
Il est possible de calibrer parfaitement le projecteur à la norme et de sauvegarder ses réglages dans les 3 mémoires utilisateurs, les réglages d'usine et le gamut sont bons, et permettent pour les personnes ne disposant pas de sondes de réglages d'envisager une utilisation sereine du projecteur sans calibration.

Voici nos réglages recommandés :

Mode couleur : cinéma 1
Contraste : 58 
luminosité : 50
netteté : 50
couleurs : 50 
température de couleurs : 6500k
gamma : film
mode lampe : lumineux
espace de couleurs : HD

Le contraste a 58 permet de contrebalancer un réglage trop dur du gamma film (2.5)


FLUIDITE :

Nous ne disposons pas avec ce modèle d'une gestion par interpolation de trames pour améliorer la fluidité. Le samsung n'est pas exempt de la production de motion dithering légèrement perceptible sur sources SD et HD. 

ARTEFACTS DLP : 

Le samsung SP-A600B produit une image exempte d'effets aec en ciel, nous nous sommes faits aider dans nos tests par une personne sensible à ces artefacts colorés qui n'a pas été incommodée pendant le visionnage.

RENDU SUBJECTIF DE L IMAGE :

Conditions de test : ECRAN de 2M00 de base, source PANASONIC BD35, BLU RAY QUANTUM OF SOLACE
DVD PAL : RAMBO 4, LECTEUR HD DVD : BEOWULF

SOURCES SD :

Les dvd et les sources en résolution standard ne sont pas à la fête avec le traitement vidéo interne du projecteur, il manque une puce de type GENNUM. Nos tests effectués sur des entrées s-vidéo et composite entraînent une perte visible de la netteté, les meilleurs résultats sont obtenus avec la liaison composante YUV, en mode film les sources tv sont bien traitées si on n'oublie pas d'activer le mode film du traitement vidéo interne. Ce projecteur dispose en interne d'un traitement vidéo anecdotique. La conséquence directe étant qu'il vous faudra relier en HDMI, le diffuseur à une source de qualité pour palier des défauts de désentrelacement visibles sur sources 576i et 1080i (effets d'escaliers). Nos scènes de tests sur RAMBO 4 démontrent qu'il vaut mieux laisser la source effectuer la mise à l'échelle en 1080p et nourrir le diffuseur principalement avec des sources progressives pour en tirer les meilleurs résultats. En revanche, sur les scènes de l'espace de space cow boys, avec la découverte du satellite russe de lancement de missiles, nous découvrons une image dynamique qui sans atteindre les profondeurs d'un d-ila offre un bon équilibre entre luminosité et profondeur des noirs, avec des couleurs naturelles et le piqué classique des DLP. 

SOURCES HDTV :

Avec de la TNT HD sur des programmes 1080i les problèmes de désentrelacement restent malheureusement visibles, de même que la fluidité d'une image 1080p24 est perturbée par l'apparition sporadique du motion dithering artefact classique des mono-dlp (le seul modèle testé en étant totalement dépourvu était le Vivitek h9080fd à LED. 
Pour les points positifs, le SAMSUNG SP-A600B, aidé par une optique de qualité restitue avec détails et précision tous les programmes HD que vous visionnerez, il n'atteint certes pas le niveau d'un VIVITEK H9080FD, projecteur de référence dans ce domaine, mais est visiblement meilleur que les Optoma HD20 et Mitsubishi HC 3800, concurrents de la même gamme de prix.
Il faut là encore, souligner le travail sur la colorimétrie effectué en usine, qui vous permettra de ne pas pester sur une dérive des couleurs et de profiter sereinement de votre blockbuster préféré.





MATERIEL DE MESURES :

Logiciel de calibration HCFR
Sonde EYE ONE PRO
Luxmètre VEILEMAN

Conditions des tests : 
Salon/murs clairs/écran da lite de 2 mètres de base
projecteur placé à 3m50 de l'écran

CONCLUSION 

UPSCALING : 2
ERGONOMIE : 3
REGLAGES : 4
BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 4
CONNECTIQUE : 4
24P : 4
FLUIDITE : 3
COULEURS : 5
CONTRASTE : 3,5
NOIRS : 3,5
DEFINITION : 4

TOTAL : 40/55


Nous avons aimé :

La qualité de fabrication et la finition de l'appareil 
La très bonne gestion de la colorimétrie et la possibilité de régler exactement à la norme l'espace de couleurs et les couleurs
Le piqué de l'image
Le rendu général de l'image
La présence de mires de réglages directement dans le projecteur 
La luminosité
La discrétion de fonctionnement
Le prix

Nous n'avons pas aimé :

La gestion du zoom/focus et l'absence de lens shift
L'absence de traitement vidéo digne de ce nom 
L'absence d'éditeur de gamma
La télécommande dépourvue de rétro-éclairage

En conclusion :

Le nouveau projecteur SAMSUNG SP-A600B est la bonne surprise budget full hd de cette fin d'année 2009. Ce petit diffuseur frontal nous a impressionné par la qualité de son image et la justesse de ses couleurs. Il prend la tête de notre classement des dlp full hd pour un budget inférieur à 1400 euros et se permet le luxe, à ce tarif, d'offrir une meilleure image et qualité de fabrication que la concurrence. Lumineux ,contrasté, travaillant en discrétion, il trouvera sa place aussi bien dans une salle dédiée que dans un salon aux murs clairs. Son tout petit prix et sa connectique fournie vous permettrons de consacrer une partie de votre budget à l'achat d'une source externe de qualité pour compenser l'absence d'un traitement vidéo interne performant.
Website hexatech, web solutions