Test du Mitsubishi HC3800 par un utilisateur

20/07/2009
TEST MITSUBISHI HC3800 par Greg alias Worf
Ce test d'utilisateur n'engage que son auteur

Après une vague de projecteurs full hd lcd, la marque au trois diamants revient à ses premiers amours, avec ce projecteur full hd basé cette fois sur une puce DMD de 0.65 pouces. Cette nouveauté de Texas instruments équipe déjà de nombreux modèles concurrents chez Optoma et Acer. Voyons avec ce nouveau venu au tarif public de 1390 euros, s'il est possible d'obtenir une belle image sans trop de compromis pour un tout petit prix.


Présentation des données constructeurs :

Image
Technologie : 0.65" DLP (Puce Texas Instrument) 
Résolution : 1920 x 1080 pixels 
Luminosité : 1300 lumens ANSI 
Ratio de contraste : 3300:1 
Fréquences de balayage 
Verticale : 50 – 85 kHz 
Horizontale : 15 – 80 kHz 
Lampe : 230 W 
Durée de vie (en mode éco) : 5000 h 
Bruit du ventilateur : 25 dB (mode éco) 
Zoom et mise au point
Zoom et focus manuels (rapport de projection 1,5 pour 1) 
Focale F/2.4-2,8 ; f = 20.6-30.1 mm 
Ratio de projection : 1.4 – 2.1:1 
Diagonale image : 1,02 m à 7,62 m 
Distance de projection : 1,60 m à 8 m 
Connectivité
Entrées
1 HDMI 1.3 
1 S-Vidéo 
1 vidéo composite 
1 vidéo composantes (Y,Pb,Pr) 
1 informatique PC (sub-D15) 
Autres
1 interface série RS232C (DIN 8 broches) 
1 déclencheur (trigger) 12 V 
Généralités
Consommation : 
En marche : 340 W 
En veille : 0.5 W 
Dimensions (L x H x P) : 345 x 129 x 270 mm 
Poids : 3,5 Kg 


FINITION :

L'appareil :

Image

Image

Les commandes manuelles de zoom et de focus sont positionnées sur le haut de la coque de l'appareil. Le refroidissement de la lampe s'effectue par des ouvertures latérales, si elles laissent passer l'air, elles permettent également à la lumière de s'échapper par les côtés.

Pour l'usage en salle dédiée, il y a un élément important à prendre en compte, la fuite de lumière par les côtés, petite démonstration visuelle :

jour :

Image

nuit :

Image


Le panneau de connectique :

Image

Si on regrettera l'absence d'une seconde prise HDMI, on ne peut pas reprocher à la marque de faire l'impasse sur un type de connectique, tout est présent. A noter que la prise VGA supporte les signaux YUV et RGB.


INSTALLATION :

Avec le HC 3800, nous sommes dans le domaine du projecteur de premier prix, donc n'espérez pas voir un lens-shift ou une motorisation électrique de l'optique. Le zoom et le focus sont ici manuels, un offset relativement important est à prendre en compte pour l'installation sur une table ou au plafond. L'optique est protégée par un cache en plastique qu'on enlève manuellement, pas du plus bel effet, mais qui correspond bien au côté budget du projecteur.

Cette absence de lens-shift est en partie contrebalancée par un rapport de zoom assez important compris entre 1,4 jusqu'à 2,1:1 , concrètement pour une image de 2 mètres de base il vous faudra un recul minimum de 3 mètres 20.



TÉLÉCOMMANDE :

Image



MENUS :

Fondés sur une architecture propre à MITSUBISHI, ils n'ont pas évolué depuis le HC900 et s'ils ne sont pas d'un design particulièrement recherché, ont le mérite d'être clairs et bien agencés.

Les menus :

Image

Image

Image

Image

Image

Image


4 modes de gamma et de couleurs préréglés en usine sont disponibles : Auto, Sport, vidéo, cinéma et quatre modes decouleurs : bas, moyen, haut et haute luminosité. A ces réglages d'usine il faut rajouter 2 modes utilisateurs permettant de sauvegarder ses réglages.

Le gamma est particulièrement bien géré avec le mode cinéma, très linéaire en sortie de boite, il ne nécessite pas de correction et est positionné à 2.2.


Le diagramme CIE :

Image

Le mode gamma "cinéma" d'usine 

Image

La température de couleurs du mode bas usine :

Image


Les couleurs en revanche nécessitent quelques retouches, nous vous recommandons de partir du mode couleur moyen ou bas pour les corriger.


Image

Image


RESULTATS :

BRUIT DE FONCTIONNEMENT : En mode lampe bas, le HC 3800 est discret mais il ne fait pas partie des meilleurs, ça s'aggrave lorsqu'on passe en mode haut, ou là il devient clairement audible.

CONTRASTE ET LUMINOSITE : 

niveau de noir 00.2 
Le projecteur est lumineux, très lumineux. 
Cette force se retrouve bien évidemment dans toutes les scènes de jour, en revanche vous aurez noté que la valeur des noirs n'est pas très forte, la contrepartie à cette forte luminosité.

NETTETE/PIQUE : 

Pas de problème de convergences puisqu'il s'agit d'un mono DLP, en revanche même si d'après le constructeur, Mitsubishi a fait un effort sur la qualité de son optique, nous avons décelé sur nos mires de tests une aberration chromatique sur les coins supérieurs gauche et droit. Elle est invisible au centre de l'image.

COLORIMETRIE ET GAMMA :

Des 3 modes gamma proposés,le mode cinéma est exactement positionné à 2.2. En revanche aucun des modes couleurs d'usine ne permet de se rapprocher de 6500k, une calibration s'impose. Le diagramme CIE n'est pas trop éloigné de la norme en sortie d'usine et peut être corrigé à l'aide du CMS dont dispose le HC 3800, particulièrement efficace , il est également facile à prendre en mains.

Adepte et amoureux des images lumineuses et peu partisan des solutions à base d'iris fixe ou dynamique, nous devons reconnaître que Mitsubishi aurait pu positionner un iris fixe permettant de moduler à volonté la lumière. La seule solution disponible pour endiguer le flot de lumens c'est d'intervenir sur le réglage de lampe. Il se limite aux positions bas et standard, c'est peu !

FLUIDITE :

Le 1080p24 est traité et accepté parfaitement par le HC 3800, sur quelques travellings nous avons néanmoins décelé un léger motion dithering mais qui reste anecdotique et nullement perturbant.

ARTEFACTS DLP :

L'HC 3800 est un DLP , mais qui est relativement épargné par les effets de solarisation, grésillements et autres artefacts classiques de cette technique de projection. A l'exception du motion dithering évoqué plus haut, nous n'avons pas décelé d'autres problèmes.

RENDU DE L IMAGE :

Conditions de test : ECRAN de 2M00 de base, source PANASONIC BD35, LG BD 390 Lecteur HD-DVD TOSHIBA liaison HDMI et composante, BLU-RAY ALIENS VS PREDATOR 1 et 2/QUANTUM OF SOLACE/OSS 117 RIO NE REPOND PLUS/ HD DVD 300/MEMOIRES DE NOS PERES
DVD PAL : RAMBO 4/24H REDEMPTION

Réglages recommandés : Gamma mode cinéma, lampe bas, température de couleur normale, brilliant color off

SOURCES SD :

Même si ce n'est pas la vocation première d'un projecteur full hd de retranscrire nos vielles sources en définition SD, la mise à l'échelle de nos dvd aide à juger de la qualité de nos diffuseurs. Le HC 3800 n'est pas à la fête sur ce plan, le traitement vidéo processeur pixelwork peine à égaler un HQV. 

Le dvd de rambo 4 met en évidence le caractère basique du traitement interne du projecteur. Il est nécessaire de coupler le HC 3800 avec une bonne source pour palier à cette faiblesse de l'appareil Nous avons obtenu de meilleurs résultats avec le panasonic BD35 en jouant sur les réglages internes du lecteur pour compenser la mise à l'échelle du diffuseur, et enfin dans cette configuration, le dvd de Jack BAUER dans 24H REDEMPTION nous a réconcilié avec les sources SD sur ce projecteur.

SOURCES HDTV :

Ce projecteur est conçu pour la diffusion de programmes en résolution full hd et il le fait bien, la bonne qualité de l'optique combinée au piqué de la technologie DLP permet de ressentir cet effet « WOW C'est de la HD ! », en revanche si le piqué est excellent au centre de l'image, ça se corse sur les bords supérieurs ou l'optique montre ses limites.

Sur nos scènes de tests d'aliens vs predator, la lisibilité des passages nocturnes souffre de la forte luminosité du projecteur, si les étoiles sont scintillantes, elles se mélangent à un espace qui n'atteint pas la profondeur d'un SONY HW15 et encore moins des derniers JVC.

En revanche sur les scènes du bord de la piscine de notre super agent secret OSS 117, il est facile de s'imaginer au Brésil au regard de la puissance de l'astre solaire parfaitement retranscrite par l'image finement détaillée du HC 3800.

MATERIEL DE MESURES :

Logiciel de calibration HCFR
Sonde Spyder 3 TV/EYE ONE PRO
Luxmètre VEILEMAN
DVD de test HIVICAST

CONCLUSION 

UPSCALING : 2,5
ERGONOMIE : 2
REGLAGES : 4
BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 2
CONNECTIQUE : 4
24P : 4
FLUIDITE : 3
COULEURS : 5
CONTRASTE : 3
NOIRS : 3
DEFINITION : 4

TOTAL : 36,5/55


Nous avons aimé :

La bonne gestion de la colorimétrie 
La facilité de la calibration
Le gamma parfaitement réglé d'usine dans le mode cinéma
Le rendu général de l'image
Le piqué
La dynamique d'image (rapport luminosité/contraste)
Le prix


Nous n'avons pas aimé :

La gestion du zoom/focus et lens-shift manuelle.
Des légers défauts dans les coins supérieurs de l'optique nuisant au piqué général 
Le bruit de fonctionnement
Les fuites de lumière sur les côtés
Traitement vidéo anecdotique

En conclusion :

Après le test de l' Optoma HD20, le premier projecteur full hd à moins de 1000 euros qui nous avait laissé sur notre faim dans la recherche d'une belle image à prix réduit, nous avons été séduit par le Mitsubishi HC 3800. Certes des compromis doivent être réalisés, en matière de positionnement et de traitement vidéo, mais globalement ce nouveau DLP FULL HD nous délivre une image de première catégorie, dynamique avec des couleurs naturelles, un bon contraste (le double mesuré de celui du hd20) et un piqué relativement bon.


Quelques screenshots de mes scènes de tests préférées :

Image

Image

Image


Et les menus en vidéo :

Website hexatech, web solutions