Test du LG CF-181 par un utilisateur

27/02/2010
TEST LG CF 181 par Greg alias Worf
Ce test d'utilisateur n'engage que son auteur


Nous avons pu découvrir le LG CF 181, lors de notre dernière visite à BERLIN à l'occasion du salon IFA 2009. Deux salles y étaient consacrées, l'une en présentation classique 2D et la seconde avec deux projecteurs parfaitement coordonnés pour projeter une image en 3D. Il s'agissait là d'un avant goût de l'introduction sur le marché dès le mois de mai 2010 du premier projecteur 3D basé sur des matrices SXRD. 

Pour la marque coréenne, c'est le second projecteur a utilisé des panneaux SXRD de SONY, le premier ayant été le AF115. Disponible depuis quelques semaines à la vente, le CF181 bénéficie d'une distribution discrète et ne semble pas déchaîner les foules dans les colonnes des forums spécialisés. Pourtant il dispose sur le papier de nombreuses qualités : traitement vidéo HQV, mode trumotion d'insertion de trames (120hz), haut contraste et forte luminosité et un prix public de 2990 euros, soit près de 4500 euros de moins que son cousin le SONY VPL-VW85 dont il reprend les panneaux. 

Nous allons examiner, avec ce nouveau test, les qualités et les défauts de ce projecteur.


Présentation des données constructeurs :

Image


Technologie TRI SXRD (LCD réflectif, Silicon X-tal Reflective Display - 0.61'') 120 Hz
Nombre de pixels 1920 x 1080 Pixels ( 6 220 800 pixels au total)
Résolution TV 1080 lignes ( Full HDTV)
Format des panneaux 16/9
Compatibilité 16/9 Oui
Traitement Vidéo HQV - Certification ISF
Compatibilité informatique Oui
Résolution Informatique (non compressée) 1920 x 1080 Pixels
Luminosité 1 800 ANSI
Rapport de contraste 35 000:1 (Iris dynamique)
Type de lampe 340 Watts (UHP, 3 500 heures - éco)
Taille d'image N/C
Objectif N/C
Connectique 2x HDMI (1.3/1080-24p) // YUV // S-Vidéo // PC (Sub D15) // Composite // USB
Correction de trapéze Oui: Vertical +/- 70 + Keystone
Positionnement Sol // Plafond
Son Non
Télécommande Oui
Dimensions (L x H x P) 366 x 173 x 447,5 mm.
Poids 9.8 Kg

FINITION :

L'appareil :

Le projecteur est présenté dans une belle livrée noire et est imposant. L'esthétisme et la finition ne souffrent aucun reproche. Les commandes manuelles de zoom et de focus sont positionnées sur l 'optique. Une molette ronde placée sur haut de la coque de l'appareil commande le lens-shift uniquement vertical Le refroidissement de la lampe s'effectue par des ouvertures latérales. Doté d'une focale courte, 2m80 de recul pour une base de deux mètres, le lens-shift et l'optique rendent le positionnement de ce projecteur particulièrement aisé.

Photos de l'appareil

Image

Image

Image

Image


La lampe :

Donnée pour 2000 heures de vie en mode lampe haut, elle augmente à 3500 heures si le projecteur est utilisé en mode lampe bas (mode recommandé d'ailleurs sauf si vous visez des bases d'écran supérieures à 3 mètres).

TÉLÉCOMMANDE :

Simple, noire, comme le projecteur, elle est rétro-éclairée et ne souffre pas de problèmes de directivité. Les différentes sources sont directement accessibles, ainsi que les modes couleurs, le gamma, l'iris dynamique.

Des touches de commandes directes sont placées à l'arrière de l'appareil à côté du panneau de connectique.

Télécommande :

Image

Image


Connectique : Le CF 181 vous offre deux prises HDMI 1.3, une prise composante, une composite, une s-vidéo et une entrée VGA.

Image

Image

Le lens-shift :

Le CF 181 est pourvu de ce dispositif de mouvement de l'optique visant à faciliter le positionnement du projecteur. En revanche il ne se déplace que dans l'axe vertical dans une amplitude haute ou basse de 20 %. 

4 réglages de format vous sont proposés dans les menus (4/3, 16/9ème, auto, plein), LG a fait l'impasse sur un mode anamorphique.

Image

Image


MENUS :

Les menus :

Ils sont typiques à LG, sous formes de vignettes. Cette configuration se retrouve également dans les lecteurs BR de la marque comme le BD390 ou encore dans le projecteur à LED HS200. Ils sont très faciles à appréhender et permettent à tout à chacun de s'y retrouver facilement. Ils démontrent l'esprit grand public de ce projecteur. Dans le menu image, vous aurez accès aux réglages basiques, luminosité, contraste, netteté, couleur et teinte. Il faudra aller dans le menu «expert » pour pouvoir activer le mode d'interpolation de trames (120hz) à deux niveaux, bas et haut ou encore (et c'est curieux) le mode 1080p24 sous l'appellation real cinema. C'est également dans le menu expert qu'on a accès au CMS avec les réglages des primaires et des secondaires et au contrôle de contraste et luminosité pour calibrer les niveaux RVB.

Petit regret, si le projecteur est bien pourvu d'un désentrelacement et d'une mise à l'échelle HQV (gage de qualité que l'on retrouve à l'image), l'utilisateur final n'a pas accès aux réglages d'accentuation de la netteté propre à cette puce et qui réhausse l'image de nos dvd. Mais rassurez vous, l'appareil le fait automatiquement et très bien.

7 modes de couleurs préréglés en usine sont disponibles, vif, standard, cinema, sport, jeux, expert 1 et expert 2 . 3 valeurs de gamma sont également prédéfinies : bas, moyen et haut.

A ces valeurs prédéfinies, il faut ajouter 2 menus expert permettant de conserver vos valeurs de calibration. Le projecteur est bien outillé pour gérer et régler les couleurs et le gamma au plus proche de la norme. En revanche pas de switch de gamut pour gérer les différents espace de couleurs.


Les menus en vidéo :



RESULTATS :

CONTRASTE ET LUMINOSITE : 

Nous sommes partis du mode cinema (le plus proche de la norme pour effectuer les mesures et la calibration de l'appareil). En mode zoom maxi, voici les valeurs de luminosité obtenues :

lampe bas : 891 lumens
lampe haut : 1116 lumens
Contraste natif mesuré à 4761:1 avec une valeur de noir à 0.03 

Le projecteur est très lumineux et permet d'envisager de l'utiliser avec de très grandes bases d'image, supérieures à 3 mètres. Le contraste natif est également excellent même si nous sommes bien loin des valeurs annoncées par le constructeur. 

Le gamma est particulièrement bien géré avec le mode moyen mesuré à 2.2 très linéaire en sortie de boite, il ne nécessite pas de correction. Si cela ne suffisait pas une option personnalisée permet de faire ses propres réglages, mais au vu des résultats des modes usines, elle ne s'avèrera pas nécessaire. C'est d'ailleurs une constante sur une majorité des projecteurs récents testés, la luminance est bien gérée dans les valeurs usine, dommage qu'il n'en soit pas de même pour la colorimétrie.


GESTION DE L IRIS DYNAMIQUE ET AMELIORATION DU CONTRASTE :

Trois modes de gestion de l'iris dynamique sont offerts auto 1, auto 2 et auto 3, la luminosité peut également être jugulée en positionnant l'iris en manuel sur une échelle de 0 à 32 (0 = l'iris le plus fermé, 32 = iris ouvert).

Nous ne sommes pas adeptes de la solution de l'iris dynamique pour accroître le contraste d'une image, son mode de fonctionnement se faisant au détriment de la dynamique d'image par la réduction de la luminosité en temps réel. En revanche l'importante luminosité du projecteur permet d'utiliser au mieux l'iris manuel en arrivant à un bon compromis entre luminosité et contraste et ce en fonction de votre taille d'écran. Sur une base de deux mètres, nous avons positionné l'iris manuel sur la position + 8 avec un gamma haut (voir nos réglages recommandés).


NETTETE/PIQUE : 

Bien souvent on reproche aux projecteurs LCD, qu'ils soient réflectifs ou transmissifs, leur défaut d'alignement des panneaux. Plus ce phénomène est prononcé et plus l'image perd en netteté. Il est perceptible sur des mires d'alignement et permet de jauger de la qualité du travail effectuée en usine. Certains projecteurs sont équipés de réglages plus ou moins précis de correction accessibles par l'utilisateur final. Ce n'est pas le cas avec le LG CF 181. S'il a emprunté les panneaux SXRD de son cousin le SONY VPL-VW85, il n'a pas conservé le réglage d'alignement électronique des panneaux. Au vu des convergences de notre exemplaire de test, on peut allègrement s'en passer. En effet le CF 181 prend la tête en matière de piqué et de netteté devant les autres réflectifs que nous avons déjà testés. Le décalage des matrices est quasiment imperceptible, tout juste, le nez sur l'écran peut on déceler une légère irisation rouge sur les lignages qui doit être équivalente à un dixième de pixel. C'est d'un très, très, bon niveau. Cette caractéristique se retrouve à l'image avec nos sources HD retranscrites dans tous leurs détails sans qu' aucune impression de floue ne vienne gâcher le spectacle. Seul notre étalon de test, le SAMSUNG SP-A800B arrive à faire mieux sur ce critère.

COLORIMETRIE ET GAMMA :

Résultat des valeurs usines dans le mode cinema :

La courbe de luminance :

Image

Le gamma moyen, très linéaire à 2.2

Image

Le diagramme cie :

Image

La température de couleurs :

Image

Les niveaux rvb, mode couleur naturel :

Image

Après calibration, en nous basant sur le mode cinema nous avons obtenus les résultats suivants :

la luminance et le gamma restent inchangés mais c'est bien mieux pour la température de couleurs :

Image

Image

FLUIDITE :

Le CF181 est compatible avec les sources 1080p24, mais curieusement pas automatiquement. Il vous faudra activer le mode real cinema. Une option d'insertion de trames est également présente pour améliorer la fluidité et la netteté dans les travellings. Réglables sur trois niveaux, arrêt, bas ou haut, elle est efficace avec des programmes 50hz ou 60hz. En revanche son utilisation avec les sources 1080p24 génère des artefacts de mouvements, perceptibles sous la forme d'un grésillement autour des objets ou silhouettes en mouvement. Certes moins importants que sur les JVC HD550/950, mais néanmoins présents.

ARTEFACTS LCD :

Shading : aux abonnés absents, nos mires de blanc présentent une parfaite uniformité
Vertical banding et effet de grille : aux abonnés absents
Décalage de convergences : voir le paragraphe netteté/piqué

RENDU DE L IMAGE :

Conditions de test : ECRAN de 2M00 de base, source LG 390, Lecteur liaison HDMI, BLU-RAY ALIENS VS PREDATOR 2/CASINO ROYAL/OSS 117 A RIO
DVD PAL : RAMBO 4

Salle non dédiée, murs clairs. Projecteur placé à 2m80 de l'écran.

Réglages recommandés : 

Voici mes relevés de valeurs correctives en liaison hdmi mode cinema :

contraste rouge : + 5
contraste vert : - 2
contraste bleu : + 13
luminosité rouge : 0
luminosité vert : 0
luminosité bleu : - 5

température de couleur : naturel
gamma haut
iris manuel : + 8
1080p24 : mode real cinema activé

SOURCES SD :

Encore une fois, nous ne pouvons que constater l'excellent travail de réhaussement de signal effectué par la puce HQV sur les programmes en définition standard. Les scènes de tests de RAMBO 4 (pressage plus que moyen) sont parfaitement retranscrites. Le CF181 avec son bon contraste natif démontre sa capacité à reproduire les scènes nocturnes d'attaque des pirates sur le fleuve avec une lisibilité qui a aucun moment n'est mise en défaut. Vous apprécierez sa forte luminosité dans la scène de bataille finale, où la lumière tropicale de jour est reproduite avec toute son intensité.

SOURCES HDTV :

ALIENS VS PREDATOR 2 : Scène de chasse dans les égouts. Ce passage est particulièrement éprouvant pour les projecteurs ne disposant pas d'un bon contraste. Si on n'arrive pas au profondeur des noirs d'un JVC HD550, le LG s'en tire avec les honneurs sur ce passage. 

CASINO ROYAL :

Arrivée de JAMES BOND au BAHAMAS, en mode 1080p24 avec le trumotion activé on décèle les problèmes de grésillements lors des travellings. En revanche, forte luminosité sous le soleil des tropiques et excellent piqué, caractérisent la reproduction de ce passage.

OSS 117 RIO NE REPOND PLUS : Scène de la piscine, piqué et luminosité avec des couleurs calibrées, tous les ingrédients sont encore une fois réunis, pour vous faire apprécier dans les meilleures conditions, les aventures de Hubert Bonisseur de la Bath alias OSS 117.

MATERIEL DE MESURES :

Logiciel de calibration HCFR
Sonde EYE ONE 
Luxmètre VEILEMAN
DVD de test HIVICAST

CONCLUSION 

UPSCALING : 5
ERGONOMIE : 5
REGLAGES : 4
BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 5
CONNECTIQUE : 5
24P : 4
FLUIDITE : 4
COULEURS : 5
CONTRASTE : 4
NOIRS : 4
DEFINITION : 5

TOTAL : 50/55 




Nous avons aimé :

La qualité de fabrication de l'appareil
La facilité de la calibration
Le gamma parfaitement réglé d'usine 
Le rendu général de l'image
Le piqué
La dynamique d'image (rapport luminosité/contraste)
Le prix
Le traitement vidéo
La discrétion de fonctionnement

Nous n'avons pas aimé :

Le mode 120hz perfectible
L'obligation d'activer le mode 1080p24


En conclusion :

Injustement méconnu ou plutôt peu diffusé, le CF 181, nous a fait forte impression, il reprend une très bonne base de SONY, le VPL-VW85 et sur certains points l'améliore, notamment celui de la luminosité, critère qui fait défaut au modèle japonais. Le LG est un projecteur homogène, comme nous les affectionnons. Il est aussi bon avec des sources basse définition qu'avec des programmes 1080p. Ce facteur est important, en effet, même si le blu-ray semble enfin commencer à s'imposer, grand nombre d'entre nous dispose encore d'une dvdthèque importante. Ce n'est pas là le seul avantage du CF181, son contraste natif est bon, son bruit de fonctionnement discret, ses outils de réglages de colorimétrie vous permettrons avec les instruments nécessaires, de calibrer rapidement son image. A l'exception d'un mode d'insertion de trames perfectible sur programmes 1080p24, le CF181 ne présente que des qualités et vous assurera des heures et des heures de visionnage de films dans des conditions optimum. Si le contraste abyssal des JVC n'est pas votre seul critère d'évaluation, ce projecteur SXRD représente le meilleur rapport qualité/prix dans le domaine des LCD réflectifs actuellement disponibles sur le marché.

Website hexatech, web solutions