Test du Optoma HD86 par un utilisateur

06/05/2010
TEST OPTOMA HD86 par Greg alias Worf
Ce test d'utilisateur n'engage que son auteur


Second modèle full hd de la marque à proposer un traitement vidéo 120hz, l' Optoma HD86 vient succéder au HD82 que nous avions testé, il y a quelques mois. Équipé d'une puce DLP 0.65 DC3 il propose un contraste natif plus important, une luminosité plus forte et de nouvelles fonctionnalités comme la possibilité de choisir l'espace de couleurs par le biais d'un switch de gamut ainsi que d'autres options efficaces de gestion et réglages de la colorimétrie. La coque laquée noire est également modifiée par rapport au HD82. Les commandes du lens shift sont à présent positionnées sur le haut de l'appareil et protégées par un cache. Autre particularité à noter, elle est assez rare pour être soulignée, la possibilité de changer d'objectifs. Il suffit pour l'utilisateur final de faire le choix de l'optique avant ou après l'achat et la manipulation de changement est particulièrement simple. 

Un tarif agressif au regard des différentes options proposées, nous rendaient impatients de découvrir ce nouveau diffuseur et de pouvoir le soumettre à nos différentes scènes de tests. C'est maintenant chose faite. Nous vous invitons à découvrir nos impressions et mesures par la lecture de ce nouveau banc d'essai

Spécifications constructeurs :

Technologie d'affichage DLP
Résolution FULL HD 1080P
Luminosité 1600
Contraste 700:1 ANSI
Niveau sonore 29
Ratio 16:9
Poids 8
Compatibilité PAL, SECAM, NTSC, HD (1080P60\50\24, 1080i 720P)
Rapport de projection Focale standard: 1.54 – 1.93 Focale longue : 1.93 – 2.9:1 Focale courte: 0.77:1
Taille image projetée Focale standard : 0.89 – 5.2 Focale longue : 0.79 - 11.88 Focale courte: 0.74 - 4.45 (en16:9)
Distance de projection 1.5 - 12.5
Correction Trapézoïdale verticale
Dimensions (LxPxH) 416x324x143mm (LxPxH)
Alimentation Entrées: 110 - 220v Consommation: 220W Max , mode veille <1W
Lens Shift Verticale 130%, Horizontale 30% 


L'appareil :

Image

Image

L'optique :

Image

Image


Les commandes du lens shift :

Image

Le panneau de connectique :

Notez la présence de trois entrées HDMI et la disparition de l'entrée DVI qui était encore présente sur le HD82.


Image


Les deux télécommandes, la grande et celle de secours :

Image

Image

Présentation vidéo :





INSTALLATION :

L'optique du modèle présenté est de type standard avec une image de 2 mètres de base obtenue à 3 mètres de distance. 

Le lens-shift :

L'amplitude du lens-shift est conséquente. Les deux molettes placées sous un cache de protection sur le dessus de la coque du projecteur permettent de déplacer l'image de + 50% et de -60% sur l'axe vertical et de 10 % horizontalement.
Ce même cache, protège le levier de déverrouillage de l'objectif. En effet, et c'est une première chez optoma, ce projecteur offre la possibilité pour l'utilisateur final d'acquérir différents objectifs qui viendront faciliter l'intégration de l'appareil dans son environnement. Ainsi en complément de la lentille standard, un objectif à longue focale et un à courte focale sont disponibles. 

Cerise sur le gâteau, Optoma propose dès à présent, une lentille anamorphique spécialement prévue pour le HD86 pour projeter les films au format 2:35, son tarif est de 4190 euros TTC.


TÉLÉCOMMANDE :

Elle est rétro-éclairée avec une lumière bleue et s'allume dès que l'on appuie sur une touche. La plupart des fonctions et réglages sont accessibles directement depuis la télécommande, comme la sélection directe des sources et les différents formats écrans.

MENUS :


Toujours cette architecture propre à Optoma. Ils ont pour avantage d'être particulièrement complets. La navigation est facilitée par l'accès direct depuis la télécommande aux réglages des couleurs, mais également aux modes de réglages avancés (pure details, couleurs et mouvements).

Dans le menu image à côté des réglages classiques de luminosité, netteté, teinte, contraste, 6 modes prérèglés d'usines sont disponibles : cinéma1/cinema2/référence/photo/lumineux/graphique, 2 modes sont réservés aux réglages effectués par un professionnel qualifié ISF et enfin un mode utilisateur est prévu pour sauvegarder vos réglages.

Le menu couleurs donne accès aux températures de couleurs prédéfinies (D50/D65/D75/D83/D93 et natif), mais aussi à un switch de gamut pour 5 références (NATIF/DLP-C/HDTV/EBU/SMPTE-C)


RESULTATS :

BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 

Annoncé à 29db, le HD86 ne fait pas partie des meilleurs élèves sur le plan de la discrétion, que ce soit en mode bas ou en mode haut, il dénote par rapport aux derniers modèles que nous avons testé. Cela reste néanmoins supportable et couvert par la bande sonore du film.


NETTETE/PIQUE : 

L' Optoma HD86 est équipé d'une puce DLP 0.65. Nous avons déjà évoqué par le passé, la différence de netteté par rapport aux puces DLP 0,95. Une fois encore, en débrayant le mode pure détails, nous faisons le même constat. Il n' y a pas de miracle à attendre sur ce point. Les seuls gains à attendre dans la précision de l'image sont liés à l'activation des modes pure détails et pure motion. Le mode pure détail est particulièrement efficace, mais attention à l'utiliser avec parcimonie pour ne pas voir apparaître de désagréables effets de double contours


COLORIMETRIE ET GAMMA :

Les premiers résultats du mode le plus proche de la norme en sortie de boîte, mode cinema 1, espace de couleurs HDTV, gamma standard, iris fixe à 6 :

Image

Image

Image

Image

Image

Après calibration :

Le gamma reste inchangé :

Image

Image

CONTRASTE ET LUMINOSITÉ : 

Luminosité mesurée en fonction du réglage de l'iris fixe :

iris 1 (le plus fermé) : 244 lumens
iris 6 : 540 lumens
iris 9 (ouvert) : 925 lumens

lampe haut :
Iris 1 : 309 lumens 
Iris : 6 : 720 lumens
iris 9 : 1208 lumens

Contraste mesuré avec les réglages recommandés : 1980:1 on:off

Le diagramme CIE dans l'espace de couleur HDTV est proche de la norme mais la température de couleurs doit être ajustée, avec un excès de bleu et un rouge trop faiblard dans le préset usine D65. Le projecteur dispose également d'un CMS et d'une gestion des couleurs RVB. Le switch de gamut vous permettra de faire correspondre l'espace de couleurs du projecteur avec celui de la source.

Seuls quatre réglages de gamma sont disponibles d'usine : film, vidéo, standard et graphique. Les courbes peuvent être rectifiées par le biais de pré-réglages usine et non par un éditeur de gamma. Nous avons utilisé pour nos tests le gamma standard, le plus linéaire des quatre, avec une valeur comprise entre 2.1 et 2.2.

Lorsqu'on a découvert toutes ces options et leur fonctionnement, il est possible de calibrer le projecteur à la norme et de sauvegarder ses réglages dans une mémoire utilisateur accessible directement par la télécommande. Des menus ISF sont également accessibles pour les professionnels agrées.

IRIS FIXE ET DYNAMIQUE :

Le projecteur dispose en interne de deux dispositifs d'iris. Un dispositif fixe réglable sur un pas compris de 1 à 9. 1 représentant la valeur la plus forte d'obturation et 9 correspondant à une projection sans iris. Sous l'appellation « Dynamic black »nous découvrons un iris travaillant en temps réel en fonction du contenu de l'image. Il dispose de deux niveaux de fonctionnement. Malheureusement, ses effets sur le contraste et la dynamique de l'image sont visuellement perceptibles.

Voici nos réglages recommandés :

Mode couleur : cinéma 1
température de couleur : D65
luminosité : - 9
netteté : 0
gamma : standard
couleurs : 0 
mode lampe : normal
espace de couleurs : HDTV (à sélectionner en fonction du programme visionné)

Après calibration réglages RVB :

gain rouge : + 14
gain vert : - 4
gain bleu : 0
luminosité rouge : + 8
luminosité vert : - 2
luminosité bleu : - 2


FLUIDITE :

Sans activer le mode pure motion, le motion dithering classique des DLP est perceptible et ce, même en mode 1080p24. L'activation en mode bas du dispositif 120hz vient bien arranger ce point. Il s'accompagne d'un surcroît de netteté et de précision dans les travellings avec simultanément un accroissement de la profondeur de champ engendrant une espèce de simili effet 3D. En corollaire, cette option donne un rendu vidéo au film, il convient de se limiter au réglage bas. 

ARTEFACTS DLP : 

Nous l'avons vu plus haut, le motion dithering typique à la technologie DLP est perceptible sur ce projecteur pour les réduire ou les faire disparaître, il convient d'activer le mode pure motion pour le faire disparaître.

RENDU SUBJECTIF DE L IMAGE :

Conditions de test : ECRAN de 2M00 de base, source DUNE 3.0, BLU RAY CASINO ROYAL, ALIENS VS PREDATOR 2
DVD PAL : RAMBO 4

SOURCE SD :

Notre dvd étalon RAMBO 4 bénéficie des options de traitement vidéo du HD86, le positionnement de réglage "pure détail" en complément de l'activation du "pure motion" rehausse admirablement l'image de notre galette en définition standard.

SOURCE HD :

Netteté :

BLU RAY de CASINO ROYAL (scènes du combat de mangouste) : sans le dispositif d'amélioration de détails, le HD86 est clairement en retrait en terme de précision d'image par rapport aux derniers projecteurs que nous avons testé. Nous retrouvons le piqué classique des DLP après l'activation des détails sur la position 1.

Fluidité (scène de l'arrivée en avion de James BOND à la MARINA): Là encore, pour éviter de désagréables effets de motion dithering, il est indispensable d'activer le mode pure motion pour bénéficier d' une image précise et lisse dans les travellings. La forte luminosité du projecteur est particulièrement appréciable dans les passages ensoleillés sur la plage avec la scène du cheval pendant que James Bond sort de l'eau ou à sa sortie d'avion. Tout l'éclat du soleil des caraïbes est présent à l'écran.

Contraste :

Scène d'entrée du train au Monténégro (casino royal) : S'il fait mieux qu'un SAMSUNG SP-A800B dans la restitution de cette scène, l'optoma HD86 nous apparaît en retrait face à la concurrence de modèles SXRD ou LCD récents comme les LG CF181 ou EPSON TW4400/5500 que nous avons testés. Seule l'activation de l'iris dynamique permet d'améliorer ce point mais en entraînant une perte de la dynamique d'image.

Chasse aux aliens par le predator dans les égoûts (aliens vs. Predator, 2) : Constat identique sur ce passage particulièrement difficile à retranscrire par des projecteurs ne disposant pas d'un contraste natif important. Un bon réglage de gamma permet de conserver une bonne lisibilité dans les noirs mais avec un léger manque de profondeur.


MATERIEL DE MESURES :

Logiciel de calibration HCFR
Sonde EYE ONE PRO
Luxmètre VEILEMAN

CONCLUSION 

UPSCALING : 4
ERGONOMIE : 4
REGLAGES : 5
BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 3
CONNECTIQUE : 5
24P : 3
FLUIDITE : 4
COULEURS : 4
CONTRASTE : 3,5
NOIRS : 2,5
DEFINITION : 3,5

TOTAL : 42,5/55


Nous avons aimé :

Le design de l'appareil
La flexibilité dans les possibilités de placement
Le choix dans les optiques
Les nombreux réglages de couleurs
Le traitement vidéo
Le mode 120hz
La luminosité


Nous n'avons pas aimé :

La gestion de l'iris dynamique et des effets de pompage trop visibles
Le piqué en retrait lorsque les modes pure sont désactivés
Le contraste 


En conclusion :

Tel docteur Jeckyll et M. Hyde nous avons mis en évidence un projecteur à double facettes. En effet si l'optoma HD86 est un projecteur dlp full hd classique marqué par une propension à délivrer une image trop douce sans l'aide de ses différentes options de traitement d'image interne, il en va tout autrement dès lors que l 'on active l'amélioration des détails et de la fluidité. L 'image ainsi transformée apparaît avec un pseudo effet 3D , une précision et une fluidité peu commune mais avec pour corollaire une esthétisme s'éloignant de l'image cinéma originelle pour se rapprocher de celle typée vidéo.

Le projecteur est également très lumineux, cette luminosité pouvant être efficacement et finement jugulée par le biais du dispositif de l'iris fixe. Sa forte luminosité même après calibration permet d'envisager de l'utiliser sur des bases d'écran supérieures à 2m50.
En revanche, nous ne saurions vous recommander l'activation du dispositif d'iris dynamique dont l'action trop perceptible vient perturber le visionnage d'un film.

Premier projecteur DLP FULL HD à moins de 4000 euros à proposer un traitement vidéo 120hz, un choix complet d'objectifs ainsi que tous les outils de calibration, l'optoma HD86 vient de se voir décerner le prix de l'excellence par la Consumer Electronics Association. Il sera rejoint bientôt sur le marché par un clône sous une marque différente, le VIVITEK H5080D.
Website hexatech, web solutions