Test du BenQ W1000 par un utilisateur

07/08/2010
TEST BENQ W1000 par Greg alias Worf
Ce test d'utilisateur n'engage que son auteur



La saison home cinema 2009/2010 en matière de projection frontale a été marquée par l'introduction sur le marché d'une toute nouvelle gamme de projecteurs DLP full hd équipée du nouveau chip DMD DC2 de 0.65 pouces de Texas instrument et positionnée à un tarif agressif de moins de 1000 euros. Après avoir testé, les Optoma HD20, VIVITEK H1080FD , SAMSUNG SP-A600B, nous disposons depuis quelques jours d'un BenQ W1000 présentant des ressemblances marquées avec le VIVITEK H1080FD. Rien d'étonnant puisqu'ils proviennent du même constructeur Taïwanais, DELTA ELECTRONICS. 
S'ils partagent une base similaire, ils ne sont néanmoins pas à 100 % identiques, ainsi BenQ a fait le choix d'une roue chromatique 6 segments contrairement aux 5 segments du vivitek, la lampe du W1000 est de moindre puissance et le traitement vidéo bénéficie de quelques options supplémentaires sur le BenQ, l'optique est différente. Autre option partagée avec le Vivitek H1080FD, la présence d'un haut parleur sur l'arrière du projecteur, permettant d'emporter le projecteur sur son lieu de villégiature pour des séances de cinéma nocturnes et estivales. Ce projecteur est prévu pour pouvoir être utilisé dans une pièce non dédiée, comme un salon par exemple.
Avec ce nouveau test, nous nous attacherons à détailler ses caractéristiques mais également à le comparer aux autres modèles concurrents que nous avons déjà reçu dans notre salle de test.

Présentation des données constructeurs :


Luminosité (ansi lumens) :  1800
Ratio de contraste :  2700:1
Résolution :  Résolution Native : 1080p (1920 x 1080)
Format d'image :  16:9 Natif
Niveau sonore :  29 /27 dB (Normal/Mode éco.)
Lampe puissance / durée de vie :  180W, 3000 / 4000 heures (Mode éco.)
Ouverture de l'objectif :  F= 2.5(WIDE)
Taille d'image (Diagonale) :  24” à 300”
Connectiques :  
1 x USB 
1 x Composante 
1 x S-Vidéo 
2 x HDMI 
1 x RS232 
1 x Entrée/Sortie Audio 
1 x VGA 
1 x Audio Gauche/Droite 

Dimensions ( H x L x P ) :  325 x 95 x 254 mm

Poids :  3.4 kg

Consommation :  230 Watts

Accessoires fournis :  
Guide de démarrage rapide
Manuel d’utilisation sur CD
Télécommande
Piles pour télécommande
Câble VGA
Cordon d’alimentation 
Garantie : 1 an

Présentation en image du projecteur 

Face avant :

Image

Image

Vue rapprochée de la coque et de la matière imitation cuir :

Image

Image

Le panneau de commande sur le dessus de l'appareil, avec les molettes de réglages du zoom et du focus : L'appareil est de type « filter free », sa conception permet d'éviter les soucis de poussière et de nettoyage de filtres. 

Image

Image

Le panneau de connectique à l'arrière et la sortie haut parleur :

Image

Image

La télécommande :

Image

Image

INSTALLATION :

Avec ce projecteur d'entrée de gamme n'espérez pas voir un lens-shift ou une motorisation électrique de l'optique. Le zoom et le focus sont ici manuels. BenQ a fait l'impasse d'un cache objectif, mais ceci n'est pas réellement problématique avec le débordement de coque qui vient le protéger.

En matière de ratio de projection, pour obtenir une image de deux mètres de base, la distance minimale est de 3,18 m. avec un maximum de recul de 3,84 mètres. L' offset est limité à 15 %.
La lampe est annoncée avec une durée de vie de 4000 heures en mode lampe bas et 3000 heures en mode haut. Le ratio de projection et l'offset sont également différents de ceux du Vivitek H1080FD démontrant ici que l'optique choisie sur les deux modèles est différente. Un pied rétractable en position centrale permet de surélever le projecteur.




Télécommande :

Elle est rétro-éclairée avec une lumière rouge et s'allume dès que l'on appuie sur une touche. La plupart des fonctions et réglages sont accessibles directement, comme la sélection directe des sources et les différents formats écrans ainsi que les réglages de contraste, luminosité, netteté. Particulièrement aisée d'emploi, elle a en prime un rayon d'action conséquent. A l'exception de sa couleur de coque noire, elle est en tout point identique à celle du Vivitek 1080, que nous avons testé il y a quelques jours.

Les menus :

Là encore pas de surprise, la disposition des menus et les principales options sont similaires à ceux du cousin VIVITEK, néanmoins là encore nous avons noté quelques différences.

Dans le menu image général à côté des réglages classiques de luminosité, netteté, teinte, contraste, 3 modes pré-réglés d'usines sont disponibles : cinéma, mode dynamique, mode standard. Dans ces modes, les paramètres de réglages avancés sont réduits. Pour bénéficier de plus d'options de réglages, il faut utiliser les mémoires de sauvegardes utilisateur 1, 2 et 3.

En matière de température de couleurs, l'utilisateur a accès aux pré-réglages usine suivants : natif, chaude (5000), plus chaude (6500), normal (7300), froid (8500), plus froide (9300), à côté nous avons donné les valeurs de températures annoncées par le constructeur. En matière de réglages, si le menu avancé donne accès à un CMS, en revanche il manque les réglages RGB de contraste et de luminosité. Un switch de gamut est également disponible dans le menu avancé.

Menu avancé :

Une option « crête du blanc » intensifie la luminosité et la puissance des couleurs sur un pas réglable de 1 à 3. Une option de netteté fait également son apparition (et n'existe pas sur le Vivitek). ce dispositif d'amplification de la netteté marche très, très fort, voir même trop dans les deux derniers niveaux. 

Les menus et présentation visuelle du projecteur en action :



Résultats obtenus :

Quelques relevés de mesures en sortie de boîte, dans le meilleur mode (le plus proche de la norme, le mode utilisateur 2 avec la température de couleur normale et la lampe en mode éco.)

Vous trouverez également les relevés des gamma usine 2.2, et 2.6

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Un mode brillant color permettant encore d'accroître la dynamique de l'image est disponible, nous vous communiquons les valeurs obtenues avec ou sans l'activation de cette option.

Mode lampe bas brilliant color désactivé : 386 lux. (809 lumens)
Mode lampe haut brilliant color désactivé : 425 lux (894 lumens)

Mode lampe bas brilliant color activé : 525 lux
Mode lampe haut brilliant color activé : 575 lux 

RESULTATS :

Le diagramme CIE dans l'espace de couleur HDTV conjugué à la température de couleur « normale » est le plus proche de la norme mais la température de couleurs doit être ajustée et malheureusement le BenQ W1000 ne dispose pas des outils permettant d'ajuster les niveaux de gris. Nous l'avons vu plus haut le projecteur ne dispose que d'un CMS et d'une gestion de la saturation des couleurs fondamentales RVB. 

Il n'y a pas d'éditeur de gamma, 7 valeurs préréglées sont disponibles. 1.6, 1.8, 2.0, 2.2, 2.4, 2.6, 2.8
Les valeurs annoncées constructeurs correspondent à nos mesures.

BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 

En mode lampe bas, le W1000 est très discret, le plus discret face au samsung SP-A600B, optoma HD20 et mitsubishi HC3800. Le bruit de fonctionnement s'amplifie avec le passage en mode haut, mais avec une telle réserve lumineuse nous vous recommandons de rester en mode lampe bas.

CONTRASTE ET LUMINOSITÉ : 

Après calibration et passage du projecteur en mode lampe bas pour juguler la luminosité, nous obtenons 809 lumens à D65 avec un contraste de 2100:1.

Le projecteur est lumineux, très lumineux. En revanche, il manque un iris fixe pour pouvoir régler plus finement la luminosité. Cette force se retrouve bien évidemment dans toutes les scènes de jour.
Le bon réglage de gamma permet d'obtenir une image délivrant l'ensemble des détails même dans les scènes les plus sombres.

NETTETE/PIQUE : 

Pas de problème de convergences puisqu'il s'agit d'un mono DLP. Les W1000/H1080FD sont frères jumeaux sur ce point et conservent la tête de notre classement , devant les SAMSUNG SP-A600B, Optoma HD20 et Mitsubishi HC 3800.
Cette netteté est encore renforcée par l'option d'amplification réglable sur 3 pas dans le menu image avancé. Attention à l' utiliser à dose homéopathique en se limitant au niveau un, si on ne veut pas voir apparaître tous les défauts d'un dispositif de type edge enhancement trop poussé.

COLORIMETRIE/GAMMA :

Les valeurs usines les plus proches de la norme sont obtenues avec le mode normal. 
Il n'y a pas d'éditeur de gamma, 7 valeurs préréglées sont disponibles. 1.6, 1.8, 2.0, 2.2, 2.4, 2.6, 2.8
Les valeurs de gamma annoncées par le constructeur sont très proches de nos mesures.

En l'absence d'outils de calibration nous vous recommandons les valeurs suivantes avec des programmes haute définition en liaison HDMI :

Utilisateur 2
Temp. couleur : normale
gamma 2.2
Luminosité : 53
Contraste : - 12
Amplification netteté (0 ou 1)
Lampe : mode bas



FLUIDITÉ :

Le 1080p24 est traité et accepté parfaitement par le BenQ 1000, nous n'avons pas décelé de problèmes sur ce point, l'image reste définie et fluide.

ARTEFACTS DLP :

Le BenQ W1000 est relativement épargné par les effets de solarisation, grésillements et autres artefacts classiques de cette technique de projection, s'ils existent, ils restent bien discrets. En revanche s'agissant des effets arc en ciel, nous vous recommandons si vous désirez acquérir ce projecteur de bien vérifier que vous n'êtes pas sensibles à ces éclairs lumineux. La technologie de roue chromatique employée sur ce modèle est susceptible de les rendre plus perceptibles pour les personnes sensibles. Fort heureusement le rédacteur de ce test, qui est également un chaud partisan de la technologie de projection DLP n'en a perçu aucun.

RENDU DE L IMAGE :

Conditions de test, salon murs clairs : 2 écrans 2M00 de base gain 2.5 + écran 2,50 de base gain 1.0, source PANASONIC BD35, Platine multimédia dune, scaler dvdo edge, liaison HDMI et composante, BLU-RAY ALIENS VS PREDATOR 2/casino royal/HD DVD RAMBO 1.
SD DVD PAL : RAMBO 4

SOURCES SD :

Encore une fois et ce ne sera une surprise pour personne compte tenu du prix du projecteur, le traitement vidéo et la mise à l 'échelle des sources SD est basique. Il faudra utiliser une partie de l'argent économiser avec l'achat de ce projecteur pour lui adjoindre, une source de bonne qualité. Une solution passe par l'achat d'un scaler externe de type dvdo egde duo que nous utilisons pour nos tests (499 euros), et qui constitue une alternative relativement peu onéreuse pour venir palier cette faiblesse. Vous bénéficierez en prime d'un excellent répartiteur HDMI. 

SOURCES HDTV :

Ce projecteur est conçu pour la diffusion de programmes en résolution full hd et il le fait bien, la bonne qualité de l'optique combinée au piqué de la technologie DLP permettent de ressentir cet effet « WOW C'est de la HD ! ». En complément de la netteté apportée par la mise en œuvre des puces de texas instrument, la restitution et l'impact visuel des programmes haute définition sont amplifiés par la dynamique de l'image du BenQ. Il est d'ailleurs étonnant de constater et de mesurer que le W1000 est plus lumineux que le H1080FD, alors que le Vivitek a la lampe la plus puissante.

Sur nos scènes de tests d'aliens vs predator, la lisibilité des passages nocturnes est aidée par une gestion parfaite du gamma. En revanche sur les scènes ensoleillées du soleil des caraïbes de casino royal, toute la puissance de l'astre se retrouve à l'écran.

Nous avons ajouté à nos programmes de tests, un nouveau film RAMBO 1 en HD DVD. Ce film a pour avantage de bénéficier d'un excellent transfert et d'alterner beaucoup de scènes sombres avec des nuageux ou nocturnes et pluvieux. Nous avons alternativement utiliser le SAMSUNG SP-A600B et le BenQ W1000 sur les mêmes scènes de tests et malgré la justesse de sa colorimétrie, notre ex-favori était bien à la peine face au BenQ W1000, handicapé par la différence de dynamique et par une netteté moins aiguisée.

MATERIEL DE MESURES :

Logiciel de calibration HCFR
Sonde Spyder 3 TV/EYE ONE PRO
Luxmètre VEILEMAN
DVD de test HIVICAST

CONCLUSION 

UPSCALING : 3
ERGONOMIE : 4
REGLAGES : 4
BRUIT DE FONCTIONNEMENT : 4
CONNECTIQUE : 4
24P : 4
FLUIDITE : 4
COULEURS : 5
CONTRASTE : 3,5
NOIRS : 3,5
DEFINITION : 4

TOTAL : 43/55


Nous avons aimé :

La colorimétrie en sortie de boîte
Le gamma très bien réglé d'usine 
Le rendu général de l'image
Le piqué
La dynamique d'image (rapport luminosité/contraste)
Le prix
La discrétion de fonctionnement


Nous n'avons pas aimé :

La gestion du zoom/focus et lens-shift manuelle.
L'absence de réglages RGB contraste et luminosité
Traitement anecdotique

En conclusion :


Nous avons beaucoup évoqué le Vivitek H1080FD à l'occasion de ce test, mais vous aurez compris à la lecture des lignes qui ont précédé que ces deux projecteurs sont presque jumeaux.
Ils partagent leurs capacités nomades, une très haute luminosité, leur discrétion de fonctionnement, et sont tous les deux des diffuseurs parfaitement à l'aise dans une pièce claire, comme un salon.
Globalement l'image délivrée et les résultats obtenus sont proches de ceux du Vivitek. Luminosité, contraste et piqué sont analogues, la gestion du gamma et de la colorimétrie également. La différence tarifaire se fera sur une garantie bien plus importante sur la lampe et le projecteur pour le H1080FD, et un équipement fourni plus important (câbles et sacoche). Curiosité, le W1000 est dépourvu de cache objectif. Un oubli ?

Website hexatech, web solutions