Test Cambridge Audio CXN et CXA80 : un duo gagnant ?

24/08/2015

Présentation des Cambridge Audio CXA80 et CXN

Au printemps dernier,  dévoilait ses nouvelles ambitions avec la nouvelle gamme d'électroniques CX, et une volonté affirmée de donner une nouvelle impulsion à la marque sur le milieu de gamme. À cette occasion, nous vous proposons aujourd'hui un banc d'essai du nouveau lecteur audio réseau Cambridge Audio CXN, accompagné de l'amplificateur intégré stéréo CXA80.

Cambridge Audio CXA80

Malgré une finition et une qualité de fabrication vierges de tout reproche, les électroniques du fabricant britannique n'ont jamais particulièrement brillé par leurs qualités esthétiques. Mais ça, c'était avant. 

Même si nous parlons d'une composante relativement secondaire, surtout en Hi-Fi, l'esthétique n'en reste pas moins un critère comme un autre, capable dans certains cas de faire pencher la balance en faveur de tel ou tel appareil. Après plusieurs années sans aucune prise de risque, Cambridge Audio bouscule donc enfin ses habitudes, et opte pour un design désormais plus en phase avec les standards en vigueur. Séduisante, voilà l'adjectif qui décrit le mieux cette nouvelle gamme CX, un changement qui passe par un châssis (en métal) et une façade aux lignes plus contemporaines, plus harmonieuses.

Présentation du CXA80 :

Le panneau frontal du CXA80 accueille un ensemble de touches dédiées aux différentes entrées/sorties et auX réglages (tonalité, balance), un sélecteur d' A/B, une touche Direct, et un potentiomètre ALPS. Une sortie  au format jack 3.5 mm et une entrée MP3 sont également présentes.

Cambridge Audio CXA80

À l'arrière, l'appareil bénéficie d'entrées USB asynchrone, optique et coaxiale pour être employé comme DAC externe en liaison avec un PC/Mac, un téléviseur, un  ou une . Les trois entrées sont en mesure de gérer les échantillonnages de 44 à 192 kHz en résolution 16 et 24 bits, et le DSD (DoP). Le Bluetooth est disponible en option via le dongle BT100.  

On pourra dans un second temps utiliser le CX A80 comme un bloc de puissance stéréo, et l'associer à un préamplificateur, un DAC (avec contrôle du volume) ou amplificateur AV équipé d'entrées analogiques via la sortie Pre-out 2.0. Le reste de la connectique se compose de 4 paires de borniers à vis, 1 entrée XLR, 4 entrées analogiques RCA, 1 sortie Pre-out, 1 sortie Pre-out Subwoofer, 1 sortie casque, et 1 entrée/sortie Control Bus.

Cambridge Audio CXA80

En matière de conception, comme toujours chez la marque britannique, nous ne sommes pas déçus. Sous le châssis en aluminium, nous retrouvons une section amplification capable de développer une puissance de 2 x 80 W sous 8 ohms, et 2 x 120 W sous 4 ohms en Classe AB. Les canaux gauche et droite sont d'ailleurs symétriques, même si dans les faits nous n'avons pas face à nous une vraie topologie double-mono, tandis que le transformateur torique est isolé du circuit préamplification. Quant à la section conversion, elle est confiée à un DAC Wolfson WM8740, une habitude chez Cambridge. Une nouvelle protection CAP5 conçue pour protéger le système en cas de panne, incident ou erreur de paramétrage est aussi introduite. 


Présentation du CXN :


Cambridge Audio CXN

Le lecteur réseau CXN repose lui aussi sur un châssis en métal aux lignes courbées, mais c'est l'afficheur qui retient ici l'attention. De bonne qualité, l'écran LCD 4,3 pouces permet d'afficher les pochettes d'albums et les tags (artiste, numéro de piste, format). Il est entouré d'un ensemble de touches dédiées au contrôle en lecture. Le potentiomètre sur la droite permet quant à lui d'ajuster le volume lorsque le lecteur est utilisé en mode préamplificateur, mais également à naviguer dans les menus.

En basculant sur l'arrière, le CXN offre l'embarras du choix : sorties XLR, analogique RCA, optique, coaxiale, mais également des entrées USB-B, optique et coaxiale pour utiliser le lecteur comme DAC externe en liaison avec un téléviseur, un lecteur , PC/Mac ou une console. Là aussi les trois entrées sont en mesure de gérer les échantillonnages de 44 à 192 kHz en résolution 16 et 24 bits, et le DSD (DoP). Le petit plus réside du CXN dans la fonction pré, une fois raccordé à la sortie Pre-out d'un amplificateur intégré ou un bloc de puissance, et le mode préampli activé dans le menu Audio (attention dans le cas contraire le volume en sortie sera au maximum !!), le volume peut être ajusté directement depuis le CXN. On trouve également une entrée/sortie Control Bus, un port Ethernet et deux ports USB, dont l'un uniquement dédié au branchement du dongle WiFi.

Cambridge Audio CXN

Côté conception, le CXN s'appuie sur un filtrage ATF de seconde génération pour l'upsampling en 384 kHz/32 bits (automatique et non débrayable), un double DAC Wolfson WM8740 montés en symétrique, un DSP Analog Devices ADSP-21261. On note également la présence d'une interface Cirrus-Logic CS8416 associée à une puce XMOS, un processeur ARM Cortex-A8 qui pilote l'interface du lecteur sur la base d'un Kernel Linux, et des condensateurs WiMA. La légèreté de la platine s'explique également par le choix d'une alimentation à découpage, un choix de prime abord étonnant puisque Cambridge travaille presque exclusivement avec des transformateurs toriques, mais au regard de son efficacité, nos inquiétudes ont rapidement été dissipées.

Écoutes et mesures

L'approche de Cambridge sur le CXA80 (aussi valable pour le CXA60) et le CXN est assez intéressante du fait de leur complémentarité. 

Cambridge Audio CXN

Configuration de test :
  • Cambridge Audio CXA80 (PPI : 1100 €) &  CXN (1100 €)
  • Amplificateurs (autres) :  A-S2100
  •  : Magnat Quantum 1009S, Dali Rubicon LCR
  •  :  BDP-103EU
  • Câbles enceintes Oehlbach Twin Mix Two
  • Câbles de modulation Oehlbach Silver, Wireworld Luna 7, QED
  • Câble USB Wireworld Starlight 7
  • Filtre secteur Oehlbach 907

Les écoutes : un duo gagnant

Le CXA80 propose une signature douce, ronde, je dirais même très analogique, et si l'on peut difficilement nier l'évidence d'un registre bas-médium légèrement mis en avant – une particularité des DAC Wolfson – , il compense cette légère courbure de manière plutôt habile par un registre aigu et haut-médium clair, sans être trop montant.

Cambridge Audio CXN

D'un autre côté, le CXN adopte une posture pas forcément plus droite, puisqu'il s'agit là d'une des composantes qui faire le charme des électroniques britanniques, mais le rendu trouve davantage d'équilibre sur le bas-médium. La douceur des Wolfson reste bel et bien présente, tout comme le rendu typé analogique, mais l'apport du lecteur se fait essentiellement remarquer sur deux points en particulier : une ouverture sur la scène plus marquée, là ou le CXA80 laisse transparaître une approche plus intimiste avec une diffusion un peu plus frontale, mais aussi et surtout son sens de la définition et une profondeur d'écoute capable de mettre en évidence chaque nuance ou inflexion de voix de manière relativement impressionnante pour une platine située dans cette gamme de prix. Le CXA80 fait déjà un très joli travail en amont, mais le CXN vient parfaire le tableau. La cerise sur le gâteau.

On retrouve cette empreinte caractéristique de la signature Cambridge, ce côté rond du registre médium contribue à délivrer une image sonore aux textures savoureuses, des percussions de Poncho Sanchez surEl Shing a Ling à la guitare sèche de Richard Bona sur Dunia, les deux CX affichent un caractère vivant et terriblement entraînant, mais qui sait tout aussi bien se faire plus nuancé lorsque un enregistrement l'exige. Le CXA80, et peut-être plus encore le CXN réalisent également un travail admirable de naturel sur les vocales, à l'image du grain de voix rocailleux de James Brown sur Payback, ou le timbre plus sucré d'Émilie Simon sur Paris j'ai pris perpète.

Cambridge Audio CXN

Un constat d'ensemble d'autant mieux appuyé par un bas-médium et un grave généreux – peut-être un peu trop –, une force de frappe d'autant mieux soulignée par la franchise et la rapidité des attaques du CXA80. On n'hésitera pas une seconde à jouer du potentiomètre, d'autant plus au regard de la très belle réserve de puissance dont cet intégré dispose, en mesure d'alimenter certaines enceintes particulièrement gourmandes, à l'instar des sculpturales colonnes Quantum 1009S de Magnat que nous avons utilisés au cours de banc d'essai.

Le haut du spectre quant à lui affiche une douceur et une définition de très belle factures, tandis que le CXA80 opte pour un rendu avec plus de clarté, ce qui nécessitera de bien étudier en amont les enceintes auxquelles il sera associé, enfin d'obtenir un rendu correspondant à vos propres goûts. Si l'on souhaite équilibrer, on optera pour une enceinte un peu montante ou alors très droite. Il(s) se marie(nt) néanmoins également très bien, dans un style différent mais très musical, aux enceintes Dali comme nous avons pu le constater avec une paire de Rubicon LCR.

J'aimerais également souligner dans les deux cas les très belles performances offertes par le couple CX lorsqu'ils sont utilisés comme DAC externes. Le CXN offre globalement des performances légèrement au-dessus du CXA80, mais l'écart entre les deux reste assez peu conséquent. À l'heure ou les fonctions DAC pulullent sur bon nombre d'intégrés stéréo et de lecteurs audio, dans la plupart des cas il s'agit de solutions d'ordre pratiques, Cambridge fait donc office de très bon élève avec une solution qui s'avère parfois même plus performante que certains DAC dédiés. Une très belle surprise, même si le fabricant n'en est plus véritablement à son premier coup d'essai.

Cambridge Audio CXN


Mesures du CXN :

Mesures CXN

Réponse en fréquence :

La réponse en fréquence est parfaitement rectiligne, on retiendra simplement une descente progressive de la courbe à partir de 10 kHz qui se traduit par une douceur sur l'aigu.

Mesures CXN

Niveau de bruit :

Nous pouvions émettre quelques réserves quant à l'impact d'une alimentation à découpage, mais au regard des résultats excellents avec un niveau de bruit mesuré à plus de 112 dB, nous sommes largement rassurés. Le travail d'optimisation est indéniable.

Mesures CXN

Gamme dynamique :

Un excellent niveau de bruit se traduit toujours par une gamme dynamique élevée. Dans le cas présent le CXN atteint là aussi plus de 112 dB, ce qui se traduit par un excellent niveau de détails et une très belle profondeur d'écoute.

Mesures CXN

THD + Bruit :

Le lecteur Cambridge Audio affiche très peu de distorsion, on considère qu'un THD inférieur à 0,0020% est excellent, mais dans le cas présent nous atteignons une valeur de 0,0010%. C'est légèrement en-dessous des valeurs relevées sur certains DAC, à l'instar du  HD-DAC1 (0,0007%) ou du  UD-301 (0,0004%), mais nous parlons d'un écart qui se joue dans un mouchoir de poche...

Mesures CXN

Distorsion d'intermodulation :

La distorsion d'intermodulation est un bon indicateur quant à une éventuelle influence des AOP (-op) sur le signal en sortie. À 0,0019% l'incidence est très faible, on note simplement un léger écart entre le canal droite et gauche sur certaines harmoniques.

Mesures CXN

Diaphonie :

La diaphonie traduit les capacités d'une électronique en matière de spatialisation, et de ce point de vue-là, les résultats relevés sur le CXN s'avère excellents. À l'écoute, cela se traduit par une image sonore très en relief avec une projection sur la scène vraiment intéressante, mais également une très belle aisance lorsqu'il s'agit de reproduire de manière subtile les micro-détails. On signalera seulement une remontée à -96 dB entre 30-70 Hz et -90 dB à partir de 5 kHz, mais rien de particulièrement notable lors des écoutes.

Mesures CXN

Interface, multimédia et réseau

Outre le Bluetooth disponible en option sur le CXA80, nous allons nous intéresser maintenant aux capacités du lecteur réseau Cambridge Audio en matière de prise en charge multimédia.

Cambridge Audio CXN

Le moins que l'on puisse dire, c'est que CXN fait le plein en matière de connectivités. Outre l'ajout appréciable de l'AirPlay pour streamer de la musique sans fil depuis un iDevices, le lecteur est également compatible DLNA, avec la possibilité de lire de la musique stockée sur PC, NAS, smartphone ou tablette en uPnP, mais également en Samba (SMB) ce qui peut s'avérer très pratique lors du partage d'un disque dur externe pour accéder à son contenu en réseau, et donc depuis la platine.

Non content de proposer une très belle qualité de décodage, le niveau de prise en charge du CXN correspond à ce que l'on peut attendre d'un lecteur audio en 2015 : lecture des formats MP3, AAC, Ogg Vorbis, WMA, FLAC, ALAC, WAV et AIFF jusqu'en 192 kHz/24 bits – 96kHz/24 bits pour l'AIFF et ALAC –, excepté pour l'AirPlay du fait des limites inhérentes au protocole  (44 kHz/24 bits maximum). 


Le DSD64 est également lu depuis une récente mise à jour, mais uniquement en stéréo et depuis un support de stockage externe, et pas de manière native puisque le DSP du CXN réalise en amont une conversion en PCM (DoP). À ce sujet, il est à noter que le port USB en façade accepte uniquement les partitions de 4 Go au maximum, pour raccorder un disque dur externe ou une clé USB de 8 Go et plus, il faudra passer par le second port USB installé à l'arrière de l'appareil. Le seul véirtable regret que l'on pourra formuler vient du gapless (lecture sans blanc entre les pistes), uniquement géré sur les playlists.

Le CXN est également en mesure d'accéder aux webradios au travers des applications vTuner, Aupeo!, Live365, MP3tunes, Pandora, et BBC iPlayer. Côté services de musique en ligne le choix reste limité à Spotify. Il reste néanmoins possible de passer par un iDevice, ou smartphone et tablette sous Android pour streamer de la musique depuis Qobuz par exemple, la liaison fonctionne à merveille, le lecteur affiche même en prime les jaquettes et les tags.

Cambridge Audio CXN

J'aimerais également souligner pour terminer l'excellence application Cambridge Connect. Elle permet de piloter le lecteur depuis un appareil Android et iOS, mais elle offre d'autres possiblités bien plus intéressantes, comment la possibilité de parcourir les fichiers accessibles sur le réseau, créer une playlist, et lancer la lecture d'un album uPnP (DLNA) ou AirPlay, avec en prime l'affichage des jaquettes et des tags sur l'afficheur de la platine et sur l'application même. Même chose en SMB/CIFS pour un disque dur connecté en local. Elle permet également de contrôler le volume lorsque le CXN est configuré en mode préamplificateur numérique, et raccordé au CXA80 ou CXA60 via le port Control Bus. 

L'application est encore perfectible sur certains points, en particulier l'absence incompréhensible d'avance ou retour rapide (problème qui touche également la télécommande du lecteur), mais en l'état c'est déjà de l'excellent travail.

Conclusion

Award Choix de la Rédaction avait à coeur de marquer les esprits avec la nouvelle et ambitieuse gamme CX. Le verdict est sans appel, au regard des excellentes performances de l'ensemble en matière de musicalité, l'objectif est atteint de très belle manière. 

Un constat d'autant plus vrai pour le CXN, plus encore que ses nombreuses fonctionnalités, une connectique très fournie, et un excellent niveau de prise en charge multimédia, ses performances en matière de décodage ou en mode préamplificateur forcent le respect pour un appareil milieu de gamme. Les deux seuls reproches que nous pourrions lui faire résident dans le dongle Bluetooth vendu en option, et l'absence paradoxale pour un lecteur audio de commandes avance et retour rapide. Gageons qu'une future mise à jour viennent corriger cet écart.

De son côté, le CXA80 ne manque lui aussi pas d'atouts. On retrouve cette signature "so british", une belle clarté et beaucoup de délicatesse sur le haut du spectre, un médium naturel aux rondeurs généreuses, et un grave avec beaucoup de caractère. Les écoutes débordent de vie et d'authenticité. La réserve de puissance dont il dispose lui laisse également beaucoup de flexibilité, et une facilité déconcertante à alimenter les  jugées très gourmandes. En revanche, attention au bas-médium assez prononcé, un point à prendre en considération lors des associations.

On terminera enfin par souligner le large choix offert en matière de connectique, et les performances offertes en mode DAC qui forcent là aussi le respect, à l'exception de l'entrée USB située un cran en dessous des entrées optique et coaxiale.

Cambridge Audio CXN

Note du Cambridge Audio CXN :

La note finale 

 
Ce que l'on aimeCe que l'on regrette
  • Le nouveau design sobre et classe
  • Un afficheur LCD de qualité et de belle taille
  • Naturel et douceur des vocales
  • Très belle définition et douceur sur le haut du spectre
  • Une très belle musicalité
  • Excellent niveau de prise en charge multimédia et réseau
  • Le mode préamplificateur et les performances en usage DAC
  • L'application Cambridge Connect (iOS/Android)
  • Un très beau rapport qualité/prix
  • Gapless uniquement gérés sur les playlists
  • Absence de touche avance/retour rapide
  • Le dongle Bluetooth uniquement vendu en option

Note du Cambridge Audio CXA80 :


La note finale 

 
Ce que l'on aimeCe que l'on regrette
  • Un design séduisant et une qualité de fabrication toujours au rendez-vous
  • Une amplification très solide
  • Une image sonore débordante de vitalité
  • Un médium aux rondeurs charmeuses
  • Clarté sur le haut du spectre
  • Profondeur et fermeté du grave
  • Performances en usage DAC (hors USB)
  • Une connectique généreuse
  • Un bas-médium prononcé, un point à considérer pour l'association aux enceintes
  • Un léger manque d'ouverture, le CXA80 préfère les présentations intimistes (une remarque, pas un défaut)
  • Le Bluetooth o
Website hexatech, web solutions