Test du lecteur NMT Digitek HDX1000

06/10/2008

Lundi 6 Octobre

Test du Digitek HDX1000
Par notre ami Christophe Cherel via HDsoir













Déballage




















Le boîtier est bien emballé. La boite en carton est sobre est classe : de forme cubique toute noire avec juste le logo HDX. A l’intérieur le boîtier est protégé avec 2 mousses dures latérales.


























Les autres éléments sont répartis dans une boite cartonnée blanche. On y trouve :
- un boitier d’alimentation secteur 220V/12V
- un cable d’alimentation aux normes françaises
- un cable HDMI de bonne facture tressé avec connecteurs plaqué or.
- une télécommande
- un cable USB 2.0
















Ici, point de documentation comme on pouvait trouver avec la Popcorn Hour ce qui peut être gênant pour les néophytes qui ont des connaissances réseau limitées.

Design

Le design de la HDX1000 est de toute beauté : le boitier est totalement noir en aluminum brossé du plus bel effet avec un logo HDX sur le devant. Les bords sont arrondis. La platine est d’un aspect à la fois classieux et solide. On sent que c’est du sérieux.

La taille est quasiment identique à la Strorex.



Sur la face avant, on trouve uniquement le témoin d’alimentation et une fente pour SD card.
Le bouton de coupure de l’alimentation est situé à l’arrière, ce qui est moins pratique que sur la HDX900.























Sur le panneau arrière on trouve :
- 2 ports USB
- 1 entrée alimentation 12V
- un port Eternet
- un port HDMI
- un port Y’PbPr (connecteurs « Gold »)
- un port SPDIF optique
- un port SPDIF coaxial (connecteur « Gold »)










L’ouverture se fait très simplement par le dessous de la platine à l’aide de 4 vis. Un petit schéma sur la surface de la plaque du dessous précise l’emplacement des vis pour le disque dur interne selon sa taille (2,5 ou 3,5 pouces). La carte mère est retournée et vers le dessus et plaquée contre la partie supérieure du boîtier, protégeant ainsi l’électronique. Le boîtier joue alors ainsi le rôle de dissipateur thermique.
























Télécommande

La télécommande est strictement identique à celle de la HDX900 et de la Popcorn Hour.
La réception du signal infrarouge est très bonne.
Le bouton On/Off permet de mettre en veille la platine.




Démarrage


Au démarrage, une led bleu s’allume. La couleur bleue va très bien avec le style du boitier noir et renforce l’aspect haut de gamme. Néanmoins elle est assez lumineuse et devient très gênante en vidéo projection. Il n’est malheureusement pas possible de la couper via le menu utilisateur mais d’après nos informations, le prochain firmware devrait régler le problème. A la mise en veille, la led passe en rouge. Ce code couleur est bien meilleur qu’aux débuts de la première popcorn où l’on ne savait jamais si la platine était allumée ou éteinte.
















La platine démarre en environ 50 secondes (plus ou moins en fonction des tests de résolution). Le logo de démarrage apparaît plus tôt que sur la HDX900. Cela évite ainsi d’avoir un écran noir et de se poser des question à propos d’un éventuel plantage.

Le boîtier nu est totalement silencieux comme c’était déjà le cas sur la HDX900.
Avec un disque dur interne, cela dépend du bruit du disque dur variable selon les marques mais le bruit reste très discret surtout si l’on utilise une mousse isolante que l’on peut trouver chez les assembleurs d’informatique.

La résolution native du diffuseur est reconnue automatiquement (via l’EDID) contrairement au HDX900. Dans le cas d’un diffuseur 720p, la platine se lance en 720p et on ne se retrouve pas bloqué comme cela pouvait être le cas sur la Popcorn ou la HDX900. On peut ensuite forcer une autre résolution dans les préférences.


















La platine se lance par défaut en anglais, ce qui est plutôt une bonne chose. On se souvient de la première LimHD qui démarrait en Chinois et il était très difficile de trouver la langue française ou anglaise.

Ergonomie

Les menus ressemblent beaucoup à ceux de la Popcorn Hour A100 ou à la HDX900. Le fond bleu est toujours de mise et le design est sobre et soigné.
L’affichage des menus est plus rapide que sur la HDX900 et la Popcorn A100. Au démarrage de la platine, on arrive directement dans le menu de choix de média si un disque dur est monté dans la platine ou connecté en USB. Cela évite un clic supplémentaire et c’est très appréciable à l’utilisation.
La télécommande réagit au doigt et à l’œil. Pour passer faire passer d’une ligne à l’autre, il suffit de laisser la touche bas enfoncée un court instant et la ligne de sélection défile rapidement. On peut aussi passer d’une page à l’autre grâce à 2 touches dédiées sur la télécommande (très pratique).

Menus

Audio/vidéo

Le choix de résolutions est très grand. Parmi ces résolutions on trouve :
- 720p 50 Hz
- 720p 60 Hz
- 1080p 60 Hz
- 1080p 50 Hz
- 1080p 23.976 Hz
(le 23.976 Hz est la seule vraie fréquence à utiliser en 24p sauf sur les WMVHD du commerce)
- 1080p 24 Hz
- 1080p 25 Hz
- 1080p 30 Hz
- 1080p 29.97 Hz
- 1080p 59.94 Hz
- 1280x768 60 Hz
- 1366x768 60 Hz
- 1440x900 60 Hz
- 1680x1050 60 Hz
- 1920x1200 60 Hz

















Il est intéressant de noter que les utilisateurs d’écrans informatique ne sont plus mis à l’écart. On retrouve toutes les résolutions informatique haute résolution actuelles.

Les résolutions sont triées par connectique, ce qui facilite la recherche.

Réseau

La HDX900 était un peu capricieuse en ce qui concerne la détection automatique du réseau et en particulier dans le cas d’un réseau utilisant plusieurs switchs Ethernet. Ici, la détection en automatique en DHCP se fait immédiatement sans problème particulier dans n’importe quelle situation. Le dernier Myihome est reconnu et fonctionne à merveille. Le serveur Wizd monte également sans problème.
Le paramétrage du réseau en l’ip fixe est plus fastidieux et se fait via la télécommande en mode SMS. Nous aurions aimé un clavier virtuel et un système d’entrée intelligent comme on trouve sur la Storex.

Maintenance

La platine peut vérifier si la platine est à jour. Si un nouveau firmware est disponible, il est possible de le télécharger directement depuis la platine. Etant donné que la platine nous a été livrée avec le tout dernier firmware, il nous a été impossible de tester la durée d’installation du firmware.

Lecture Vidéo

La lecture des différents types de fichiers vidéo n’a pas posé de problème aussi bien en USB qu’en réseau Ethernet. L’image est extrêmement fluide en 60hz aussi bien pour des fichiers 24p que des fichiers 25p. Cela ravira les possesseurs d’anciens diffuseurs non compatibles 24p.
La plupart des codecs vidéo actuels sont gérés. Seul les nouveaux codecs Dirac et AVS ne sont pas pris en charge pour le moment. Le codec AVS sera pris en charge par la nouvelle puce de Sigma Designs SMP8644 dont nous vous avons parlé sur HDsoir récemment. Pour cette raison, il est peu probable que ces nouveaux codecs soient pris en charge par un éventuel futur firmware. Il faudra probablement attendre l’arrivée des platines nouvelle génération attendues pour mi-2009.

Les fichiers suivants ont étés testés :

- .m2ts (AVC, VC-1, MPEG-2)
- .ts, .ps, (MPEG-2)
- .avi (XviD, DivX, WMV9, x.264)
- .wmv (WMV9)
- .mov (H.264)
- .mkv 720p/1080p (x.264)

Tous nos fichiers de tests sont passés sans problème à par un .m2ts (AVC) et un .avi (DivX-HD) qui ont fait planter la machine (reboot obligatoire).
Nous avons par contre noté un bug plus sérieux qui ne semble concerner qu’un certain type de diffuseur sensible aux changement de synchro. En effet, en stopant un fichier en cours de lecture, il est parfois impossible de rebasculer sur le menu. Là aussi, un reboot machine s’impose. Ce problème étant inexistant sur la HDX900, il est raisonnable de penser que le problème sera vite corrigé par un prochain firmware.

Des réglages vidéo sont possibles directement sur le flux vidéo.

Réglages :

- luminosité
- contraste
- couleur
- saturation

Les pas d’incrémentation sont réduits ce qui permet de pouvoir régler l’image avec une grande précision. Le réglage par défaut est à 50 sur le 4 paramètres ce qui permet de revenir facilement en cas de problème. Nous aurions aimé avoir des mires de réglage en interne dans la platine mais pour l’instant les marques qui propose cette option sont rares. Il aurait aussi été intéressant d’avoir des réglages de gamma et dans nos rêves les plus fous, un menu CMS (Color Management Système) permettant de régler les gamuts en amont du diffuseur comme le permettent certains scaleurs haut de gamme. La puce Sigma Designs étant capable de telles prouesses, cela pourrait être un argument de vente non négligeable pour les constructeurs (HDsoir pousse d’ailleurs plusieurs constructeurs dans ce sens).

Une fois calibrée correctement à l’aide de mires HD, l’image délivrée par le HDX1000 est à tomber par terre ! Le rendu vidéo est excellent quelle que soit la source. Bien entendu le meilleur résultat est obtenu sur de bonnes sources HD mais l’upscale est d’une telle qualité qu’un simple DVD voir un DivX SD devient tout à fait regardable. Les filtres de désentrelassement vidéo font merveille sur le 1080i et sur une source DVD (motion compensating et motion adaptative). La prochaine génération fera probablement encore mieux mais on ne voit pas vraiment comment vu le niveau de qualité déjà délivré par la HDX1000.

La touche « Info » permet d’afficher un certain nombre d’informations relative à la lecture et au type de fichier en cours de lecture. A la première pression sur la touche, on trouve la « Timeline » (ligne de temps) avec l’indication de la durée totale du film et la position actuelle.

















En cliquant une seconde fois sur la touche info, on accède à des informations très complètes concernant le fichier en cours de lecture :

- le conteneur vidéo,
- le codec vidéo,
- le codec audio,
- la résolution du fichier et son ratio,
- la connectique utilisée,
- la résolution de sortie active,
- la fréquence d’affichage,
- le ratio d’affichage.

















Nous aurions aimé avoir l’information de la fréquence d’images du fichier en cours de lecture mais un tel affichage est déjà une très belle avancée.

L’avance rapide fonctionne impeccablement que ce soit en 2X 4X ou 8X. Le retour rapide n’est par contre toujours pas possible sur les .M2TS.

La fonction Slow Motion permet de faire du ralenti sur de la vidéo. 3 positions sont proposées : 1/2, 1/4 et 1/8.

La fonction Zoom permet de régler le ratio d’image en cours de lecture vidéo.
En cliquant plusieurs fois sur la touche « zoom », on passe successivement d’un ratio à l’autre. Les ratios image proposés sont plus nombreux que sur la HDX900 :

- Actual Size
- Full Screen
- 4/3 Letter Box
- 4/3 Pan Scan
- 16/9e
- 16/10e

Son multicanal

Le LPCM plein débit marchait déjà sur la HDX900 et il fonctionne encore à merveille sur la HDX1000. Mais la grande nouveauté c’est le son HD numérique. Cette fois, Dolby True HD est pris en charge par la platine. Malheureusement le DTS HD Master Audio n’est pas géré de bout en bout et seul le core sort vers l’ampli en DTS plein débit comme c’était déjà le cas sur le HDX900.

Quant-au Dolby Digital Plus utilisé sur les HD-DVD, il n’est toujours pas reconnu. Gageons que le prochain firmware permettra de faire évoluer cette partie.

La sortie son coaxiale est de très bonne facture : le connecteur gold est très bon.
Nous avons pu le tester sur un préampli Lexicon et le rendu sonore de la platine est excellent.
Il se hisse quasiment au même niveau qu’une platine Blu-ray haut de gamme connectée en Spdif. Nous n’avons pas pu tester la sortie son optique mais elle devrait être un cran en dessous au niveau qualitatif.

Lecture Audio

Pratiquement tous les codecs audio sont lus à part le Flac 24/96 et les fichiers DTS audio. Néanmoins, les fichiers Flac standard sont lus. Aucun problème sur les fichiers MP3 ou WMA.

Lecture Photo

Le lecteur SD card fonctionne mais il n’est malheureusement pas compatible avec les SDHC ce qui limite son utilisation. Il aurait été très intéressant de pouvoir lire ces dernières surtout pour pouvoir afficher des prises de vues vidéo HD provenant d’un appareil photo numérique ou d’un caméscope HD. Espérons qu’un prochain firmware résoudra ce problème.

Sous-titres

Dans le menu de réglages, on peut choisir la langue de sous-titre par défaut. Un très grand nombre de langues est pris en charge dont la langue française. Les polices sont gérées en vectoriel, ce qui permet un affichage parfait. En cliquant sur la touche sous-titre, un certain nombre d’options sont disponibles telles que : la couleur, la taille, le décalage temporel.

Services

Une multitude de services en ligne sont disponible dont des Web TV et Web radio, des services de photos en ligne, des podcasts, météo… Les services sont plus aboutis et plus rapides qu’à l’époque de la Quartek mais l’intérêt reste limité pour l’instant. Ce type de service prendra tout son sens lorsque les débits permettront d’afficher correctement des vidéos streamées en HD.

















Conclusion


En conclusion, la platine est quasiment identique en terme de fonctionnalités aux nouvelles autres platines NMT (Networked Media Tank) :

- Popcorn A110,
- Elektron EHP606
- EGREAT EGM-31B

Les 4 platines se distinguent par le design, la télécommande (seule celle de la EGREAT est différente des autres) et la connectique (gold sur la HDX1000 et VGA sur l’Elektron). Le prix public des 4 machines sont identiques.
Comparativement à la Storex AivX-370HD, la HDX1000 est beaucoup moins fournie en fonctionnalités mais offre une très belle image, des options intéressantes et une très bonne ergonomie/design. Par rapport à la HDX900, la platine est une évolution plus qu’une révolution mais apporte quelques options très intéressantes comme le son HD, les réglages images à la volée et la lecture de cartes SD.

Nous avons aimé :
- la qualité d’image globale (une fois calibrée),
- les réglages image en mode vidéo,
- les réglages de ratio,
- le mode 24p (à 23,976 Hz),
- la lecture de cartes SD.

Nous aurions aimé :
- moins de bugs pour la première mouture,
- un manuel au moins en anglais,
- Myihome sur un CD,
- la compatibilité FLAC 24/96,
- une fonction IPTV avec enregistrement,
- une fonction PC to TV,
- une compatibilité SDHC pour les SD card.

Website hexatech, web solutions