Nouveau test des utilisateurs : Panasonic PT-AE3000

11/02/2009

Nouveau test des utilisateurs :

Test du panasonic ptae-3000 par Greg alias Worf.
Ce texte n'engage que son auteur, on peut être en phase ou non avec ses propos.


Image

Image

Je me suis fait violence pour pondre ce test n'étant pas particulièrement enthousiasmé par cette nouvelle mouture du projecteur full hd de la firme panasonic. Quelle entrée en matière n'est ce pas ? Mais elle est à la mesure de la déception ressentie. Non que le ptae-3000 soit un mauvais projecteur, mais il ne se distingue pas réellement de la concurrence de ses cousins lcd. Il a le gros désavantage de passer après mes tests des JVC HD 350 et des JVC HD 750 et là disons le tout simplement, il ne fait pas le poids.

C'est donc presque 4 mois après sa mise à disposition sur le marché que je peux enfin tester le successeur du ptae-2000 (oui je sais je suis en retard sur ce coup ;)). L'habillage du projecteur ne change pas, ni la connectique et encore moins le style carton de chaussures bien mastoc. Le projecteur est massif mais respire la qualité de fabrication. La télécommande tient bien dans la main et les touches s'éclairent dès qu'on les manipule. Le bruit de fonctionnement est particulièrement discret et ce même en mode lampe haut. Un bon point donc pour la marque.J 'ai pu toucher ce projecteur en espagne neuf à moins de 2000 euros, le prix est donc également une qualité de ce projecteur. Bravo à notre ami cyril de supersonido et à son service de livraison impeccable.

Image

Si le zoom et le focus sont réglables électriquement (un autre bon point), en revanche le lens shift est manuel et se commande à l'aide de deux roues présentes sur la coque du projecteur. Le projecteur dispose d'une focale courte qui conjuguée avec l'utilisation du lens shift rend son positionnement particulièrement aisé. Autre petit défaut à mes yeux, ce cache optique manuel qu'il faut penser à enlever et à remettre à chaque fois. Après avoir connu le dispositif de cache électrique des JVC, j'ai bien du mal à m'y remettre. Mais j'avoue humblement qu'il s'agit là, d'un détail. Un appui sur la touche « LENS » fait apparaître une mire de géométrie d'image, très pratique pour venir positionner correctement l'image dans le cadre de l'écran.

Image

La connectique est toujours aussi fournie :

Image

Pour la reproduction des couleurs et l'amélioration du contraste, un film cinéma est positionné à l'intérieur du projecteur dans le chemin de lumière sous la dénomination Pure color filter. Il n'est pas débrayable manuellement. Des modes prérèglés d'usine ,seuls deux permettent de ne pas le mettre en fonction et de bénéficier ainsi d'un surcroît en luminosité. Il s'agit des modes « naturel » et « dynamique ».
Continuons sur les caractéristiques techniques.
Le positionnement du projecteur est particulièrement aisé. Il conjugue une focale courte (2 mètres 70 de recul pour avoir une image de 2 mètres de base) à un lens-shift vertical et horizontal à forte amplitude (100 % vertical et 40 % horizontal). Le PTAE-3000 est également équipé d'un iris dynamique qui travaille de façon quasi indécelable.


Les menus sont à l'identique de ceux du ptae-2000, du moins presque à l'identique, car quelques options supplémentaires ont vu le jour. Certaines de ces options sont directement liées à l'utilisation de panneaux lcd D7 c2fine d'epson, qui permettent l'utilisation de fréquences de 120hz. Ainsi à l'image de ses cousins sanyo Z3000, epson T W5000, le ptae-3000 dispose d'une option de création de trames. Réglable sur 3 niveaux :off, 1 et 2, il offre un effet visuel comparable à celui du procédé DNM de Philipps. Réellement efficace, il améliore grandement la définition et la lisibilité des travellings. C'est un des points forts du nouveau panasonic.

La marque conserve son moniteur wave form déjà présent dans les PTAE-1000 et 2000.
Les possesseurs de panasonic ptae-2000 ne seront pas dépaysés en retrouvant l'usine à gaz de réglages et de paramétrages des différentes composantes d'une image. Un mode de calibration automatique est également disponible permettant d'étalonner le projecteur par rapport à la source qui lui est connectée. Ces réglables ne sont d'ailleurs pas forcément nécessaires, les menus cinéma 1, couleur 1 offrant déjà de superbes couleurs.

Pour rehausser la netteté de l'image (qui en a bien besoin), un petit passage par l'option détail clarity redonnera du piqué aux amateurs des images ciselées.

Le 3000 propose pour les possesseurs d'écran au format 21:9 un ajustement électronique du zoom, du focus et du positionnement de l'image se sauvegardant dans une des trois mémoires de l'appareil. Ceci épargnant beaucoup d'efforts au moment du changement de format d'image. Faute d'écran au bon format, je ne me suis pas éternisé sur cette option.

Résultats à l'image :

Test effectué dans un environnement non dédié, écran 2 mètres de base, gain 2.0, sources lecteur BR panasonic BD 35 et lecteur HD TOSHIBA EP 35.


Contraste/luminosité :

Sortant de deux JVC particulièrement bien lotis sur ce point, le ptae-3000 fait pâle figure face à ses concurrents D-ila. En terme de luminosité pour essayer de palier l'effet réducteur du filtre interne, il convient de choisir un des deux modes qui le débraye, à savoir le mode normal ou dynamique et de positionner la lampe en mode haut. C'est le seul moyen pour retrouver une pêche lumineuse sur mon écran de 2 mètres de base.

Le ptae-3000 est un projecteur moyennement lumineux mais gardez à l'esprit à la lecture de mes commentaires que je suis encore ému par les scènes extérieures et lumineuses restituées à la perfection par le HD 350.

En terme de contraste, où sont donc les 60000:1 annoncés par panasonic ? Les scènes nocturnes sont bien retranscrites mais avec peu de profondeur et une absence d'effet 3D. La dynamique de l'image est aux abonnés absents dès lors qu'on utilise l'iris dynamique (fonctionnement discret) ou qu'on passe au mode bas de la lampe. Il fait néanmoins mieux en terme de contraste natif que son aîné, le 2000. Je recommande d'ailleurs de débrayer l'iris, d'utiliser le mode normal et de calibrer le projecteur dans ce monde pour arriver à un bon équilibre entre luminosité et contraste avec le ptae-3000.

Netteté :

Le défaut principal du ptae-1000 est bien effacé depuis le ptae-2000 et le gain en piqué est maintenu avec le ptae-3000. Le projecteur présente une image bien définie et bénéficiant d'un bon piqué, mais là encore , sans prétendre égaler les nouveaux JVC et bien loin de l'image d'un DLP FULL HD. Ne pas oublier d'utiliser l'option détail clarity pour gagner encore en piqué et sans double contours.

Traitement vidéo :

Il s'agit encore une fois d'un traitement typique à la marque. PANASONIC devrait prendre exemple sur ses concurrents et implanter une puce HQV dans ses projecteurs, la mise à l'échelle des signaux sd est passable et bien loin de ce qu'on peut obtenir avec une puce silicon optix. L'image des dvd restituée par le panasonic est bien en définition standard et on préfère rapidement se concentrer sur ses films BR et HD DVD plutôt que de penser à regarder sa collection de dvd. Le désentrelacement des sources sd est également mauvais avec le retour de désagréables effets d'escaliers sur les obliques.

120hz :

A la mise à l'échelle et au désentrelacement se rajoute maintenant un nouveau traitement vidéo lié à l'utilisation des panneaux D7c2fine permettant l'utilisation d'une fréquence de 120hz. L'appellation propriétaire de panasonic est dénommée « motion picture pro » avec une insertion de trames. Les signaux 50hz sont doublés à 100hz tout comme les 60hz à 120hz. Concrètement deux modes sont disponibles dans le ptae-3000 (1 et 2) et ils viennent fluidifier les travellings rendant leur lisibilité et leur netteté bien meilleure que celle des projecteur qui en sont dépourvus. Ce travail est confié à une puce PNX5100 qui a également pour tâche de gérer le cms du projecteur.
Quant à l'effet obtenu il améliore grandement la séparation entre le premier plan d'une image et le fond tout en fluidifiant les scènes en mouvements, ce dispositif dénature l'aspect cinéma d'une image mais quel confort pour les yeux. Je recommande de l'utiliser mais en le positionnant dans le mode 1. C'est un des points forts de ce diffuseur.

Uniformité/alignement des panneaux :

Je dois avoir beaucoup de chance mais les derniers projecteurs que j'ai testé ne souffrait aucunement de shading. C'est encore une fois le cas pour ce nouveau panasonic, les mires ne mettent en évidence aucune dérive de couleur. L'alignement des panneaux est également de bonne facture avec une dérive de un demi-pixel limitée au rouge.

Impressions subjectives :

Sources sd :

Tests réalisés sur dvd pal, nid de guêpes, battlestar galactica saison 1, daredevil.
ntsc : « the sand peebles » la cannonnière du yang sté, gladiator special edition.


Nous sommes dans le domaine de la défintion standard et là pas de miracles, nous retrouvons bien une image sd. Tout ceci est bien fade, les dvd ntsc s'en sortent néanmoins mieux que les dvd pal. Impossible, quelque soit le film, de retrouver cet effet hd-like que procure la puce HQV.
Les noirs du générique de nid de guêpes ne sont pas aussi puissants que ceux d'un jvc, mais la lisibilité des scènes nocturnes reste très bonne. En activant l'iris, celui-ci reste discret et aucun effet de pompage ne vient gêner le visionnage du film.
Sur daredevil et la scène de bataille en nocturne au centre ville, je me réconcilie avec le ptae-3000 avec l'activation du mode 1 d'interpolation d'images. Les scènes d'action et les mouvement de caméra sont admirablement retranscrites par le projecteur. Cette option engendre également un pseudo effet 3D que les habitués du DNM connaissent bien.
Sur la cannonnière du yang tsé, le ptae-3000 démontre la justesse des couleurs et ce même sans calibration. Les blancs des chemises de marins ne sont jamais brûlés et les teints chair sont parfaitement retranscrits. Dans la zone de bataille sur la barrière de bateaux, pour retrouver de l'éclat lumineux, il vous faudra comme je l'ai indiqué plus haut, choisir le mode normal et débrayer l'iris.
C'est l'image de gladiator special edition qui m'a laissé la meilleure impression, mais connaissant parfaitement le film, la qualité du pressage est à souligner plutôt que celle du traitement vidéo.

Sources hd : test benjamin gates BR, hd dvd, : Les chroniques de Riddick : Mission impossible 3

Petit comparatif rapide entre les deux platines, le hd dvd de toshiba semble donner une image bien plus précise que celle de la platine panasonic, mais débutant avec ce nouveau lecteur je n'ai peut être pas encore découvert l'ensemble de ces options de réhaussement du signal. Fin du H.S.

Pour revenir aux tests des films en haute définition, j'ai commencé par BENJAMIN GATES en BR. Belle séance d'introduction nocturne avec la fin de la guerre de sécession. Les projecteurs full hd sont prévus pour des signaux 1080p et celui-ci ne déroge pas à la règle. On reprochera juste en chipotant une image plus douce sur source BR que sur source HD DVD, mais l'écart est minime.

J'utilise régulièrement Riddick en HD DVD pour ce mélange de scènes nocturnes et de scènes lumineuses. Les scènes spatiales sont bien retranscrites même si encore une fois, je regrette l'éclat des étoiles des JVC sur les mêmes scènes. A défaut de cet éclat, je me console en me disant que dans les modes cinéma 1 et color 1, le ptae-3000 ne nécessite pas de calibration.

En matière de netteté, si l'image reste bien précise, le piqué est en retrait encore une fois par rapport aux jvc, c'est particulièrement visible sur les scènes d'entrée dans le vatican, sur les bâtiments lorsque ethan est allongé sur la corniche.



Image

Image


Conclusion :

Dès le départ j'avais annoncé le ton de ce test. Vous l'aurez compris je ressors déçu par ces quelques heures passées avec cette nouvelle mouture du vidéoprojecteur de panasonic. Si je suis impatient de découvrir un dispositif d'insertion de trames chez la concurrence dila, il y a encore du chemin à parcourir pour arriver ne serait-ce qu'à égaler les performances des jvc en matière de contraste et de luminosité. En soi le ptae-3000 est un bon projecteur, il ne souffre que d'un très gros défaut la qualité de son désentrelacement et de sa mise à l'échelle. L'adjonction d'une puce de type HQV permettrait de rapidement remédier à cette lacune. Malgré cette relative déception, il convient de souligner qu'à moins de 2000 euros, le ptae-3000 vous offrira une image dotée de couleurs justes dès la sortie de carton et surtout, d'une des meilleures fluidité et restitution des scènes en mouvement existante en l'état actuel de la technique de vidéoprojection. Le ptae-3000 est un projecteur fait pour la haute définition, les ingénieurs ont légèrement mis de côté le partie sd. Il sera néanmoins aisé de palier à son mauvais traitement vidéo interne en lui combinant une source de qualité, mais il vous faudra en tenir compte au moment de l'achat.

Résumé des points forts :

Prix
Fluidité
Justesse des couleurs
Silence de fonctionnement
Menu de calibration
mode 2:35 sans lentille anamorphique

Résumé des points faibles :

Faiblesse de la luminosité dans les modes images avec filtres (malheureusement ce sont ceux dont la colorimétrie est la plus juste)
Contraste sans profondeur
Traitement vidéo passable

Website hexatech, web solutions